mis à jour le

RDC: le FMI exhorte Kinshasa

Le Fonds monétaire international (FMI) exhorte les autorités congolaises à lutter davantage contre la pauvreté "généralisée" qui persiste en République démocratique du Congo en dépit de la forte croissance économique que connaît ce pays, selon une série de documents transmis mercredi à la presse.

Le conseil d'administration du FMI a "félicité les autorités (congolaises) pour leur politique macroéconomique prudente ayant permis une croissance économique robuste", indique un compte-rendu d'une réunion de l'instance dirigeante du Fonds consacrée à la RDC.

Néanmoins, "la pauvreté et le chômage restent élevés et (...) des efforts plus soutenus sont nécessaires pour diversifier l'économie, promouvoir une croissance économique mieux partagée et améliorer les indicateurs sociaux", ajoute le texte.

Dévastée par deux guerres entre 1996 et 2003, la RDC connaît selon le Fonds une croissance économique supérieure à 7% par an depuis 2012, tirée essentiellement par le secteur minier.

Selon le FMI, le pays présente le visage paradoxal d'un pays immensément riche en ressources naturelles où la pauvreté est "généralisée".

Premier producteur de cobalt au monde, la RDC figure parmi les plus grands producteurs de cuivre et de diamant de la planète, et est très bien dotée en ressources hydrauliques et forestières.

Malgré cela, le Congo, dont la partie orientale reste déstabilisée par la présence de nombreuses milices prospérant grâce au trafic de ressources naturelles, peine à décoller des dernières places des classements internationaux en terme de développement, de climat des affaires ou de corruption.

Le dernier rapport du FMI sur l'état de l'économie congolaise relève que, selon les autorités de Kinshasa, le PIB par habitant de la RDC a doublé entre 2005 et 2012 mais qu'il reste faible, et que le taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté absolue (1,25 dollar par jour et par personne) n'a baissé que de 5 points dans le même temps pour s'établir à 82%.

Le FMI semble donner raison à Kinshasa dans sa volonté de réformer le Code minier de 2002 afin de dégager des ressources supplémentaires pour des projets de développement.

Dans un entretien publié par le Fonds, le chef de la mission du FMI pour la RDC, Norbert Toé, estime ainsi que le code de 2002 est "très généreux" vis-à-vis d'un secteur à "haute intensité de capital" qui emploie "très peu de travailleurs locaux".

Le FMI s'inquiète également de l'"incertitude" entourant la tenue de l'élection présidentielle censée avoir lieu en 2016, y voyant la cause de l'attitude "attentiste" adoptée par les investisseurs.

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: le directeur d'un zoo kidnappé, 3 policiers tués  Nigeria: 10 arrestations après une manifestation de déplacés  Zimbabwe: l'opposant Mawarire plaide non coupable de tentative de renversement du gouvernement 

FMI

AFP

Congo: mission du FMI

Congo: mission du FMI

AFP

Le FMI confirme que Brazzaville lui a caché une partie de sa dette

Le FMI confirme que Brazzaville lui a caché une partie de sa dette

AFP

Gabon: le FMI accorde un crédit de 642 millions de dollars

Gabon: le FMI accorde un crédit de 642 millions de dollars

Kinshasa

AFP

RD Congo: retour au pays tendu pour Félix Tshisekedi

RD Congo: retour au pays tendu pour Félix Tshisekedi

AFP

RDC: l'ONU condamne l'intrusion des militaires dans ses installations, Kinshasa conteste

RDC: l'ONU condamne l'intrusion des militaires dans ses installations, Kinshasa conteste

AFP

Kinshasa capte de nouveau RFI après neuf mois de coupure

Kinshasa capte de nouveau RFI après neuf mois de coupure

pauvreté

AFP

São Tome: le président appelle

São Tome: le président appelle

Niger

Quand la ruée vers l'or devient le seul horizon de la jeunesse du Sahel

Quand la ruée vers l'or devient le seul horizon de la jeunesse du Sahel

AFP

RDC: après les plantations Unilever, un rêve contre la pauvreté

RDC: après les plantations Unilever, un rêve contre la pauvreté