mis à jour le

Mali: six civils tués dans une embuscade "terroriste" dans la région de Tombouctou

Six civils ont été tués dans une embuscade "terroriste" contre leur convoi mardi dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, a annoncé le gouvernement malien, confirmant des informations rapportées auparavant à l'AFP par des sources de sécurité et administrative.

D'après les sources jointes par l'AFP, il s'agit d'une double attaque attribuée à des islamistes - et qui n'avait pas été revendiquée jusqu'à mardi soir - dans une localité proche de Gossi, au sud-est de Tombouctou, chef-lieu de la région.

La zone est à plus de 100 km au sud-ouest de Gao, autre capitale régionale et plus grande ville du Nord malien.

Mardi "aux environs de 7H30 (locales et GMT), un convoi de véhicules civils parti de Hombori (région de Mopti, centre), escorté par des éléments des forces armées et de sécurité nationales, est tombé dans une embuscade à 105 km de Gao", écrit le gouvernement dans un communiqué diffusé mardi soir.

"L'attaque terroriste perpétrée à coups de lance-roquettes a causé la mort de six personnes, des  civils, et a fait deux blessés dont un militaire" qui ont été "évacués sur l'hôpital régional de Gao", explique-t-il.

Le bilan comprend également trois camions-citernes "brûlés".

Le détachement de l'escorte "a aussitôt engagé la  riposte et la poursuite des assaillants" après l'embuscade, "un renfort des FAMa (Forces armées maliennes) s'est rendu sur place", indique encore le gouvernement, fustigeant une "attaque barbare et terroriste".

Selon une source de sécurité malienne, "les islamistes ont d'abord posé une mine" sur le chemin emprunté par le convoi.

"Un véhicule civil a sauté sur la mine. Après l'explosion, deux autres véhicules civils qui venaient par l'arrière ont été accidentés et les islamistes sont sortis de leur cachette pour tirer sur les civils", a expliqué cette source.

"Derrière les trois véhicules, arrivaient trois camions-citernes travaillant pour le compte de la Minusma (Mission de l'ONU au Mali)" qui ont été incendiés" par les mêmes islamistes, a-t-elle ajouté.

La double attaque a été confirmée à l'AFP par un sous-préfet de la zone ayant requis l'anonymat, tandis qu'une source de sécurité au sein de la Minusma a fait état de "plus de six morts" et six véhicules incendiés ou endommagés dans l'attaque.

"C'est très probablement notre convoi qui était visé, et les terroristes ont élaboré un plan pour y parvenir", a-t-elle estimé.

Joint par l'AFP depuis Bamako, un habitant de la région a précisé que l'assaut avait été perpétré dans le village de Tassgilat où il a vu "des corps brûlés". 

"Les islamistes ont aussi tué des gens. J'ai vu le feu. Les militaires maliens sont venus mais les terroristes étaient déjà partis", a-t-il poursuivi.

Le 9 octobre, trois civils ont été tués dans la région de Mopti, zone à la lisière du vaste Nord, dans une attaque également attribuée à des islamistes, selon des sources de sécurité et administrative malienne.

Longtemps concentrées dans le nord du Mali, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l'année vers le centre du pays, puis à partir de juin au Sud, aux frontières avec la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Les groupes jihadistes y ont été dispersés et en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin d'un accord de paix entre le gouvernement et la rébellion.

AFP

Ses derniers articles: Ghana: un joueur suspendu un an de toute activité par la Fifa  Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots  Mali: hommage aux victimes de l'attentat islamiste près de Bamako 

civils

AFP

RDC: un policier et trois civils tués dans des heurts

RDC: un policier et trois civils tués dans des heurts

AFP

Cameroun: 5.000 civils libérés des mains de Boko Haram

Cameroun: 5.000 civils libérés des mains de Boko Haram

AFP

Cameroun: 5.000 civils libérés des mains de Boko Haram

Cameroun: 5.000 civils libérés des mains de Boko Haram

embuscade

AFP

Un "dirigeant" du groupe EI en Tunisie tué dans une embuscade

Un "dirigeant" du groupe EI en Tunisie tué dans une embuscade

AFP

Soudan du Sud: 6 travailleurs humanitaires tués dans une embuscade

Soudan du Sud: 6 travailleurs humanitaires tués dans une embuscade

AFP

Nigeria: sept soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

Nigeria: sept soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

région

Famine

Le retour de la faim au Soudan du Sud

Le retour de la faim au Soudan du Sud

AFP

Sécheresse: la région du Cap déclare l'état de catastrophe naturelle

Sécheresse: la région du Cap déclare l'état de catastrophe naturelle

AFP

Le Rif, région frondeuse du nord du Maroc

Le Rif, région frondeuse du nord du Maroc