mis à jour le

Centrafrique: combats entre forces internationales et ex-rebelles Séléka

Des échanges de tirs opposaient dimanche les forces internationales en Centrafrique à des ex-Séléka, au deuxième jour d'une opération militaire contre des positions rebelles dans la région de Sibut, à environ 180 kilomètres au nord de Bangui, a déclaré à l'AFP une source militaire.

"Des tirs nourris d'armes automatiques ont été entendus dans la région de Sibut, où une opération des forces internationales contre des ex-Séléka a été lancée pour mettre ces derniers en déroute", a dit cette source à Bangui, précisant qu'il y avait eu des morts, sans toutefois pouvoir donner de bilan.

L'opération menée par les soldats français de l'opération Sangaris et les forces de l'ONU visait, selon cette source, "à contraindre les ex-Séléka à regagner leur position vers Kaga Bandoro", à environ 200 km plus au nord. 

Les rebelles de Kaga Bandoro avaient quitté leur position le mois dernier, "affirmant vouloir descendre à Bangui". "Ils ont réussi à contourner le dispositif (de la force onusienne) et se sont rapprochés de Sibut ces derniers jours", a ajouté cette source.  

"Après avoir sommés en vain les ex-Séléka de regagner leur position, les forces internationales ont lancé un ultimatum qui est arrivé à expiration samedi. Ce qui a justifié l'opération qui est en cours", a dit la source.      

Les forces internationales n'avaient pas confirmé officiellement l'opération dimanche matin.

Plusieurs habitants joints à Sibut dimanche ont confirmé avoir entendu des "tirs nourris" dans les environs de la localité et un "déploiement inhabituel" de forces internationales dans la région

"On ne peut pas parler d'affrontement à Sibut pour l'instant. Tout se passe en dehors de la ville et on entend les tirs un peu plus loin", a expliqué à l'AFP Blaise Boïkandjia, un habitant. 

"Certains habitants de Sibut ont cherché refuge en brousse pour s'abriter des tirs, redoutant des affrontements dans le centre", a affirmé Hilaire Yagaza, un autre habitant de la ville.

Le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par une rébellion à dominante musulmane, la Séléka, a plongé l'ex-colonie française, déjà très instable, dans sa plus grave crise depuis son indépendance en 1960.

La crise s'est traduite par des des tueries de masse entre communautés musulmanes et chrétiennes en 2013 et 2014, dont le pays peine toujours à se relever.

Fin septembre, Bangui a connu un regain de violences qui ont fait au moins 36 morts et près de 30.000 déplacés en quelques jours.

 

   

 

AFP

Ses derniers articles: Soudan: le Premier ministre égyptien en visite  Présidentielle en Côte d'Ivoire: cinq morts dans les violences  La France "porte le deuil" des six jeunes humanitaires tués au Niger 

combats

AFP

Un soldat français tué au Mali dans des combats contre des groupes armés

Un soldat français tué au Mali dans des combats contre des groupes armés

AFP

Somalie: une milice soufi rend les armes après des combats violents

Somalie: une milice soufi rend les armes après des combats violents

AFP

Somalie: au moins 12 morts dans des combats dans le centre

Somalie: au moins 12 morts dans des combats dans le centre

forces

AFP

Candidature de Ouattara en Côte d'Ivoire: heurts entre opposants et forces de l'ordre

Candidature de Ouattara en Côte d'Ivoire: heurts entre opposants et forces de l'ordre

AFP

Libye: la poussée des forces du GNA ralentit aux abords de Syrte

Libye: la poussée des forces du GNA ralentit aux abords de Syrte

AFP

Le chef d'Al Qaïda au Maghreb islamique tué au Mali par les forces françaises

Le chef d'Al Qaïda au Maghreb islamique tué au Mali par les forces françaises

Séléka

République centrafricaine

Plongée dans les rues de Bambari, symbole du chaos centrafricain

Plongée dans les rues de Bambari, symbole du chaos centrafricain

Blood diamonds

Derrière les violences en Centrafrique se cachent les diamants de sang

Derrière les violences en Centrafrique se cachent les diamants de sang

Centrafrique

En Centrafrique, une grenade coûte moins cher qu'un Coca-cola

En Centrafrique, une grenade coûte moins cher qu'un Coca-cola