mis à jour le

Guinée: 2 morts dans des violences électorales jeudi

Deux personnes ont péri jeudi à Conakry dans des violences entre partisans du président guinéen Alpha Condé et de son principal opposant Dalein Diallo, a appris vendredi l'AFP de sources de sécurité. 

"J'ai appris qu'il y a un mort par accident de moto dans la foule surexcitée et un par bastonnade lors d'accrochages entre militants de l'UFDG et du RPG (partis respectifs de MM. Diallo et Condé, NDLR) non loin du marché de Madina", a déclaré à l'AFP le général Ibrahima Baldé, chef d'état-major de la gendarmerie nationale. 

Une autre source sécuritaire a affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat qu'"il y a eu entre deux et trois morts", précisant avoir vu personnellement deux corps et avoir été informée de la découverte d'un troisième, apparemment battu à mort, sous un pont.

Le ministre de l'Intérieur Mahmoud Cissé a de son côté avancé un bilan d'un mort et vingt blessés. Le ministre a appelé la population et les militants de toutes les formations politiques à faire "preuve de retenue et à maintenir le calme dans la cité", prévenant qu'"aucun trouble à l'ordre public ne sera toléré".

Vendredi, à deux jours de l'élection présidentielle, la situation restait tendue sur l'autoroute Fidel Castro, qui mène de l'aéroport au centre-ville, où des partisans du pouvoir bloquaient le passage aux automobilistes, voire aux piétons supposés soutenir l'opposition, selon des témoins.

Au grand marché de Madina, le plus grand du pays, des jeunes vendeurs de pièces détachées malinkés, l'ethnie de M. Condé, ont vu leurs conteneurs partir en fumée jeudi lors du passage du cortège de M. Diallo. Vendredi, ces jeunes interdisaient l'accès aux commerçants peuls proches de l'UFDG, selon les mêmes sources.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une vingtaine de boutiques appartenant à des commerçants peuls ont été pillées par les partisans d'Alpha Condé en représailles à l'incendie de ces conteneurs, selon une source policière.

Des heurts ont éclaté jeudi après-midi au passage dans ce secteur du défilé des partisans de Cellou Dalein Diallo, de retour à Conakry après trois semaines de campagne électorale dans l'intérieur du pays.

La campagne du chef de l'Etat s'est fixé l'objectif ambitieux, sous le slogan "un coup KO", de le faire réélire dès le premier tour, prévu dimanche.

Ses adversaires l'accusent de vouloir emporter la victoire grâce à des fraudes à grande échelle, ce que le camp présidentiel dément, arguant de commentaires positifs de la communauté internationale sur le processus électoral en Guinée.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: 26 morts, le sud-est dans une nouvelle spirale de violences  Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes  Crise au Togo: Lomé retrouve le calme, Sokodé "ville fantôme" 

Conakry

AFP

Le Cirque Mandingue: des plages de Conakry au Cabaret Sauvage

Le Cirque Mandingue: des plages de Conakry au Cabaret Sauvage

AFP

Massacre de Conakry en 2009: les victimes réclament un procès

Massacre de Conakry en 2009: les victimes réclament un procès

AFP

Energies renouvelables: sommet panafricain

Energies renouvelables: sommet panafricain

morts

AFP

Togo : trois morts dans des heurts avec les forces de l'ordre (opposition)

Togo : trois morts dans des heurts avec les forces de l'ordre (opposition)

AFP

Togo: quatre morts dans des heurts entre manifestants et forces de l'ordre

Togo: quatre morts dans des heurts entre manifestants et forces de l'ordre

AFP

Nigeria: au moins 20 morts dans des affrontements communautaires

Nigeria: au moins 20 morts dans des affrontements communautaires

violences

AFP

Centrafrique: 26 morts, le sud-est dans une nouvelle spirale de violences

Centrafrique: 26 morts, le sud-est dans une nouvelle spirale de violences

AFP

Violences au Togo: quelles issues possibles

Violences au Togo: quelles issues possibles

AFP

Centrafrique: un chef de guerre accuse Bangui d'alimenter les violences

Centrafrique: un chef de guerre accuse Bangui d'alimenter les violences