mis à jour le

RD Congo: le gouverneur du Nord-Kivu accuse l'ONU d'avoir tué 5 civils

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, a affirmé jeudi à l'AFP que cinq civils avaient été tués dans une attaque héliportée menée lundi par des Casques bleus contre des rebelles. 

"Je viens de recevoir une délégation" qui s'est rendue dans la région de l'attaque et elle "confirme que la Monusco [Mission des Nations unies au Congo] a pilonné un village composé essentiellement de civils", et que l'attaque a fait à "la date d'aujourd'hui (...) cinq civils tués", a déclaré Julien Paluku, joint par téléphone de Kinshasa.

La Monusco avait annoncé mardi avoir mené la veille une opération offensive contre des rebelles près de Pinga (territoire de Walikale), dans le centre du Nord-Kivu, dans le cadre de "son mandat de protection des civils". 

M. Paluku a déclaré qu'il allait "convoquer d'urgence" une rencontre entre les autorités provinciales et la Monusco pour déterminer sur quelles informations les Casques bleus se sont basés pour "bombarder" alors que les autorités n'avaient pas entendu parler d'"exactions" commises contre les civils dans cette zone. 

Sur son compte Twitter, la Monusco indique qu'elle a participé mercredi à une "mission conjointe" dans la région de Pinga avec des responsables du gouvernement et des notables suite aux "attaques aériennes (...) contre les groupes armés" dans cette zone. 

"Ces attaques qui avaient fait 4 morts sont au centre d'une controverse" et la mission conjointe doit "évaluer la situation", précise un autre tweet du compte, supprimé par la suite. 

Interrogé jeudi par l'AFP, Charles Bambara, directeur de l'information publique de la Monusco, explique cette suppression par le fait que le bilan publié sur le compte Twitter de la Monusco restait encore à vérifier.

"Nous n'avons pas de réaction pour l'instant", a-t-il déclaré. "Ces morts ne sont pas confirmés officiellement". 

M. Bambara avait déclaré mardi que la Monusco avait lancé la veille des "opérations ciblées" dans la région de Pinga pour stopper les "exactions du groupe NDC (Nduma Defense of Congo), qui a brûlé des villages dans la zone depuis plusieurs jours". 

A cette fin, ses "hélicoptères de combat sont entrés en jeu", avait-il ajouté.

 

AFP

Ses derniers articles: Jeux de la Francophonie: Koala s'offre un deuxième titre  RDC: reddition d'un chef de guerre poursuivi pour "crime contre l'humanité"  Mali: deux Casques bleus meurent dans un crash d'hélicoptère 

civils

AFP

Cameroun: au moins 14 civils tués dans un double attentat dans le nord

Cameroun: au moins 14 civils tués dans un double attentat dans le nord

AFP

Niger: neuf civils tués dans une attaque dans le sud-est

Niger: neuf civils tués dans une attaque dans le sud-est

AFP

Niger: deux civils tués dans un attentat suicide contre un camp de réfugiés au Niger

Niger: deux civils tués dans un attentat suicide contre un camp de réfugiés au Niger

gouverneur

AFP

Tunisie: démission du gouverneur de Tataouine sur fond de troubles sociaux

Tunisie: démission du gouverneur de Tataouine sur fond de troubles sociaux

AFP

Tanzanie: tollé après les pressions d'un gouverneur sur un média

Tanzanie: tollé après les pressions d'un gouverneur sur un média

AFP

Nigeria: la Cour Suprême valide l'élection du gouverneur de l'Etat de Rivers

Nigeria: la Cour Suprême valide l'élection du gouverneur de l'Etat de Rivers

l'ONU

AFP

RDC : l'ONU nomme ses experts pour le Kasaï sous le regard de Kinshasa

RDC : l'ONU nomme ses experts pour le Kasaï sous le regard de Kinshasa

AFP

Soudan: moins de Casques bleus au Darfour car moins de combats, selon l'ONU

Soudan: moins de Casques bleus au Darfour car moins de combats, selon l'ONU

AFP

Meurtre d'experts de l'ONU en RDC: un accusé reconnu par un témoin lors du procès

Meurtre d'experts de l'ONU en RDC: un accusé reconnu par un témoin lors du procès