mis à jour le

Soudan du Sud: les rebelles accusent le gouvernement de vouloir un "retour

Les rebelles sud-soudanais ont mis en garde mardi contre un risque de "retour à la guerre" si le gouvernement met en oeuvre son projet de multiplier par trois le nombre d'Etats dans le pays, une mesure qui selon eux sape l'accord de paix signé fin août.

Le président Salva Kiir a signé vendredi un décret devant faire passer de 10 à 28 le nombre d'Etats, ce qui rendrait obsolète le mécanisme de partage du pouvoir consenti dans l'accord de paix visant à mettre fin à la guerre civile qui ravage le pays depuis décembre 2013.

"L'objectif de cette décision unilatérale est d'exacerber les sentiments tribaux des peuples du Soudan du Sud, pour qu'il y ait un retour à la guerre", a estimé un porte-parole des rebelles, Mabior Garang.

La mise en oeuvre de ce décret présidentiel "causerait en réalité l'effondrement" de l'accord de paix, a-t-il prévenu.

Indépendant depuis juillet 2011 et né sur les décombres de décennies de conflit contre Khartoum, le pays a replongé depuis décembre 2013 dans la guerre civile, marquée par des massacres et des atrocités, qui a fait des dizaines de milliers de morts et chassé quelque 2,2 millions de Sud-Soudanais de leurs foyers.

Le 26 août, un accord de paix a été conclu par Salva Kiir et le chef de la rébellion, son ancien vice-président Riek Machar. Mais les deux camps s'accusent mutuellement de l'avoir violé et les combats continuent dans certaines régions du pays.

Cet accord prévoit un mécanisme complexe de partage du pouvoir aux niveaux national et local entre gouvernement et rebelles, pendant une "période transitoire" de 30 mois, devant s'ouvrir fin novembre, durant laquelle Salva Kiir reste président.

Les postes au sein des exécutifs locaux sont répartis de façon variable dans les 10 Etats, entre gouvernement et rebelles. Les rebelles récupèrent 40% des postes dans les exécutifs des deux Etats pétroliers d'Unité (nord) et du Haut-Nil (nord-est) et y nommeront les gouverneurs.

La création de nouveaux Etats - les Etats d'Unité, du Haut-Nil et du Jonglei, principaux champs de bataille du conflit, doivent être divisés en 10 Etats - est censée favoriser une décentralisation du pouvoir, selon le gouvernement. Mais selon Mabior Garang, "c'est juste une nouvelle tentative par (certains éléments du) gouvernement de Salva Kiir de faire dérailler le processus de paix".

Le décret présidentiel doit désormais être approuvé par le Parlement - presque entièrement acquis au président Kiir -, ce qui devrait être fait d'ici la fin octobre.

AFP

Ses derniers articles: En Ouganda, les rescapés de la LRA suivent avec émotion le procès d'un de leurs bourreaux  Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes  Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes 

gouvernement

AFP

Guinée-Bissau: le président démet le gouvernement

Guinée-Bissau: le président démet le gouvernement

AFP

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement un mois après le scrutin

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement un mois après le scrutin

AFP

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

rebelles

AFP

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

AFP

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

AFP

RD Congo: dix morts dans des combats entre l'armée et de présumés rebelles ougandais

RD Congo: dix morts dans des combats entre l'armée et de présumés rebelles ougandais

Soudan

AFP

Soudan du Sud: un "nettoyage ethnique en cours", selon l'ONU

Soudan du Sud: un "nettoyage ethnique en cours", selon l'ONU

AFP

Le Soudan du Sud accepte le déploiement d'une force régionale

Le Soudan du Sud accepte le déploiement d'une force régionale

AFP

Soudan du Sud: l'ONU craint une flambée de violences ethniques

Soudan du Sud: l'ONU craint une flambée de violences ethniques