mis à jour le

Une ONG tunisienne s'engage au grand jour pour la défense de l'homosexualité

Une association tunisienne de défense des homosexuels a tenu samedi sa première réunion publique, réclamant aux autorités la libération "immédiate" des personnes "détenues pour leur homosexualité" dont un étudiant récemment condamné à un an de prison.

L'association "Shams" (soleil en arabe) a également demandé l'abrogation de l'article 230 du code pénal, qui rend passible de trois ans d'emprisonnement la sodomie et le lesbianisme. 

Elle a tenu sa première réunion publique à La Marsa, une ville située dans la banlieue nord de Tunis, devant une audience clairsemée composée majoritairement de jeunes et de juristes, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'ONG demande "le retrait de l'article 230 du code pénal (...) et la libération immédiate de toutes les (personnes) détenues en prison pour leur homosexualité", a déclaré son vice-président Hedi Sahly.

"On a toujours reçu un non catégorique du ministre de la Justice, qui refuse de nous donner le nombre exact de prisonniers" détenus au nom de cet article en raison de leur homosexualité, a-t-il ajouté.

L'homosexualité "un tabou en Tunisie" (...) mais "après la révolution (en 2011), on doit pouvoir parler de tout (...) et arrêter d'emprisonner les gens pour leurs tendances sexuelles et respecter (leur) vie privée", a poursuivi M. Sahly. 

Comme Shams, l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) avait réclamé lundi l'annulation de la condamnation de l'étudiant condamné en septembre en Tunisie à un an de prison pour "actes homosexuels" et le retrait de l'article 230.

"Si la Tunisie souhaite devenir un leader régional en matière de droits de l'Homme, elle devrait ouvrir la voie à la dépénalisation de l'homosexualité", avait déclaré le directeur-adjoint pour la région Moyen-Orient et Afrique du nord de HRW, Eric Goldstein.

Dans le cas de l'étudiant condamné à Sousse en septembre, HRW avait également dénoncé le recours à un examen anal, pratique qualifiée de "cruelle", "inhumaine" et "dégradante", contraire aux lois internationales et pouvant être assimilée à un acte de "torture" selon l'ONU.

Shams a récemment lancé une campagne sur internet contre ces "tests de la honte", jugeant "scandaleux" le recours à un examen anal.

AFP

Ses derniers articles: Canal+ lance une chaîne de sport en Afrique  Maroc: le Polisario fustige des "peines iniques" contre 23 Sahraouis  Le président tanzanien prie les réfugiés burundais de rentrer chez eux 

défense

AFP

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

AFP

Procès Obiang: la défense dénonce une "gesticulation médiatique"

Procès Obiang: la défense dénonce une "gesticulation médiatique"

AFP

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

ONG

AFP

RDC: une ONG exige la libération de 2 militants

RDC: une ONG exige la libération de 2 militants

AFP

RDC: des ONG réclament une enquête internationale sur le Kasaï

RDC: des ONG réclament une enquête internationale sur le Kasaï

AFP

Ouganda/violences: des ONG dénoncent l'inaction des autorités

Ouganda/violences: des ONG dénoncent l'inaction des autorités