mis à jour le

Au Zimbabwe, des babouins interrompent une émission de radio

Une troupe de babouins a interrompu la matinale d'une radio locale du sud du Zimbabwe en dévorant des câbles de fibre optique, a rapporté vendredi le journal Chronicle.

Le directeur de la station YA FM, Munyaradzi Hwengwere, a réalisé qu'il y avait un problème quand son poste radio est soudain devenu silencieux mercredi matin.

"Nous avons un poste radio dans le studio qui a cessé d'émettre. On a d'abord pensé qu'il s'agissait d'une coupure d'électricité", a-t-il expliqué, alors que le pays traverse une grave crise énergétique. "Mais on a alors réalisé que les lumières fonctionnaient", a-t-il ajouté.

"Nous avons contacté les techniciens de Tel-One (société para-étatique de télécommunications) qui ont découvert que la tour de transmission, qui se trouve dans une région montagneuse, avait été attaquée par des babouins. On m'a dit qu'ils étaient au moins cinq à avoir mangé les câbles", a-t-il raconté.

La matinale de YA  FM - une toute nouvelle radio lancée le week-end dernier à Zvishavane, une ville minière du sud du pays - a été interrompue pendant une heure. La coupure a valu à la station de perdre 1.200 US dollars en recettes de publicité.

AFP

Ses derniers articles: Soudan: Béchir appelle les déplacés du Darfour  Tunisie: le report des municipales, "un pas en arrière" selon des ONG  Tanzanie: un quotidien indépendant suspendu pour deux ans 

émission

AFP

Une émission de France 24 en arabe interdite au Maroc

Une émission de France 24 en arabe interdite au Maroc

AFP

TV5 Monde lance une émission automobile sur les routes d'Afrique

TV5 Monde lance une émission automobile sur les routes d'Afrique

AFP

Le tournage d'une émission phare de la BBC annulé au Maroc

Le tournage d'une émission phare de la BBC annulé au Maroc

radio

AFP

RDC: un journaliste de la radio d'Etat tué dans le Nord-est

RDC: un journaliste de la radio d'Etat tué dans le Nord-est

AFP

Amnesty appelle Kinshasa

Amnesty appelle Kinshasa

AFP

Gambie: les autorités ferment

Gambie: les autorités ferment