mis à jour le

Guinée: le fils du président Alpha Condé visé par une enquête financière

Le fils et conseiller du président de Guinée Alpha Condé est visé par une enquête depuis fin mai sur le financement de son train de vie lors de ses passages à Paris, après la plainte d'une ONG, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Cette enquête préliminaire a été ouverte par le parquet national financier (PNF) et confiée à l'Office central pour répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), a-t-on précisé, confirmant une information du Parisien.

"Nous nous sommes étonnés du train de vie mené par l'intéressé", Mohamed Alpha Condé, "qui ne correspond pas à ses revenus déclarés, 800 euros mensuels", a expliqué à l'AFP le président de l'ONG basée à Bruxelles, Fondation pour la démocratie et la gouvernance, Grégory Mathieu.

L'organisation, qui a déposé plainte en avril, pointe la jouissance par le fils du président guinéen d'un appartement dans un quartier huppé et les locations de véhicules de luxe dont il profite dans la capitale, a ajouté M. Mathieu. L'ONG s'interroge aussi sur le financement de ce train de vie et des liens qui apparaissent selon elle avec des sociétés basées en France et actives en Guinée dans le secteur minier, a-t-il expliqué.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de l'ambassade de Guinée à Paris.

"On ne peut que se réjouir de l'ouverture de cette enquête", ont réagi les avocats de l'ONG, Ivan Terel et Patrick Klugman. "Si l'enquête confirme les faits visés par la plainte, la prochaine étape devra être l'ouverture d'une information judiciaire" et la désignation de juges d'instruction, ont-ils déclaré.

L'ONG rappelle que la Guinée occupe la 145e place sur 174 pays selon le classement 2014 sur la corruption de Transparency International. Le pays est en pleine campagne présidentielle et Alpha Condé va briguer un nouveau mandat. Ancien opposant qui a connu l'exil et la prison, il est le premier président démocratiquement élu de cette ancienne colonie française, dirigée jusqu'alors par des pouvoirs autoritaires ou dictatoriaux. Le premier tour est fixé au 11 octobre.

 

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: l'ONU lance un appel d'urgence  Les Burundais au Rwanda: "Réfugiés mais pas condamnés  Sahara occidental: espoir d'un règlement après le retrait du Front Polisario 

enquête

AFP

La RDC enquête sur l'assassinat de deux experts de l'ONU

La RDC enquête sur l'assassinat de deux experts de l'ONU

AFP

Violences en RDC: volte face de Kinshasa qui promet une enquête

Violences en RDC: volte face de Kinshasa qui promet une enquête

AFP

Afrique du Sud: enquête après l'empoisonnement de plusieurs lions

Afrique du Sud: enquête après l'empoisonnement de plusieurs lions

Paris

AFP

100% Afrique: trois soirées de musiques urbaines

100% Afrique: trois soirées de musiques urbaines

AFP

Le salon Livre Paris

Le salon Livre Paris

AFP

Vidéo de massacre: Paris demande

Vidéo de massacre: Paris demande

président

AFP

Niger: le président exhorte

Niger: le président exhorte

AFP

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles