mis à jour le

Arrestation d'Algériens dans les Aurès le 3 novembre 1954. AFP
Arrestation d'Algériens dans les Aurès le 3 novembre 1954. AFP

La «Toussaint rouge», début de la guerre d'Algérie

D’abord prévu pour le 15 octobre, le déclenchement de l’insurrection n’a finalement lieu que le 1er novembre et, fête des morts chez les Européens oblige, prendra vite le nom de «Toussaint rouge».

C’était il y a 62 ans. Le 1er novembre 1954, une poignée d’activistes algériens déclenche ce qui va devenir la Guerre d’Algérie, l’un des conflits de décolonisation parmi les plus longs et les plus meurtrier du XXe siècle.

Un peu partout dans ce qui représentait alors trois départements français (contrairement à la Tunisie et au Maroc qui n’étaient pas la France mais des protectorats français), des bombes éclatent, des récoltes sont incendiées, des poteaux électriques et téléphoniques sont sciées et quelques commissariats sont attaqués ou font l’objet de rafales d’armes automatiques. Au total, ces premiers actes armés, une trentaine au total, font sept morts, dont l’instituteur Guy Monnerot tué dans les Aurès en même temps qu’un caïd local, c'est-à-dire un représentant de l’administration coloniale auprès des «musulmans» (lesquels ne jouissaient pas de la citoyenneté française).

Sept années et demi plus tard, le 5 juillet 1962, l’Algérie devient indépendante et «awel novambar», le premier novembre, sera dès lors un jour férié pour les Algériens.

Défilés militaires, programmes télévisés spéciaux (dont des «opérettes révolutionnaires» ainsi que quelques films de guerre rediffusés à l’envie), commémorations en tous genres sans oublier les réceptions officielles organisées à Alger mais aussi à l’étranger (par les ambassades) marquent une journée particulière dans la longue liste des dates emblématiques de ce que les Algériens appellent «la Révolution» ou «la Guerre d’indépendance» et que les Français désignent par «Guerre d’Algérie».

Les «neuf historiques»

Pourtant, nombreux sont les Algériens, jeunes ou plus âgés, qui savent peu de choses de ce que fut l’acte liminaire de la Thawra (Révolution). L’une des raisons est liée au fait que l’insurrection fut organisée par neuf hommes, «les neuf historiques» dont ceux qui survécurent au conflit furent tous après l’indépendance, à une exception près, des opposants au régime de Houari Boumediene (au pouvoir de 1965 à 1978, date de sa mort) et même de Chadli Bendjedid (1979-1992). Difficile, en effet, de parler de l’action déterminante d’hommes dont le nom a longtemps été absent et interdit des manuels scolaires algériens…

Montage de photos d'archives de huit des neuf "chefs historiques" du FLN (Front de Libération nationale) initiateurs du déclenchement de l'insurrection en Algérie le 1er novembre 1954. AFP

Dans les faits, tout commence en mars 1954 quand Mohamed Boudiaf (dans l’opposition dès 1963, assassiné en 1992 à Alger) crée le Comité révolutionnaire d’union et d’action (CRUA) avec Hocine Aït Ahmed (actuel dirigeant du Front des forces socialistes, FFS), Ahmed Ben Bella (ancien président de l’Algérie entre 1963 et 1965, déposé par Boumediene, il sera longtemps interné avant de prendre le chemin de l’exil), Krim Belkacem (assassiné en 1970 à Francfort) , Mostefa Ben Boulaïd (mort au maquis en 1956), Larbi Ben M’Hidi (exécuté sans jugement par l’armée française en 1957), Rabah Bitat (plusieurs fois ministre sous Boumediene), Mourad Didouche (mort au maquis en 1955) et Mohamed Khider (assassiné en 1967 à Madrid).

À l’époque, le mouvement nationaliste est divisé. Un violent conflit oppose le leader historique Messali Hadj au Comité central de son parti, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD). Pour les «neufs», l’objectif est de forcer le destin en renvoyant dos-à-dos les partisans de Messali, accusé de culte de la personnalité, et les «centralistes» menés par Hocine Lahouel. D’abord prévu pour le 15 octobre, le déclenchement de l’insurrection n’a finalement lieu que le 1er novembre et, fête des morts chez les Européens oblige, prendra vite le nom de «Toussaint rouge».

Les moyens militaires dont disposent les insurgés sont alors faibles pour ne pas dire insignifiants. D’ailleurs, nombre d’entre eux sont très vite arrêtés et certains resteront en prison jusqu’à l’indépendance. Il n’empêche, un brasier était allumé qui devait, entre autre, conduire à la fin de la Quatrième république et au retour du Général De Gaulle au pouvoir en 1958. Le 1er novembre 1954 constitue ainsi l’acte de naissance du Front de libération national (FLN) qui va mener l’Algérie à l’indépendance. Et il faut relire son appel au peuple algérien diffusé quelques jours après le début de l’insurrection. Dans ce texte fondateur, «l’indépendance nationale» fait figure d’objectif de même que le «respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions» et la «réalisation de l’Unité nord-africaine dans le cadre naturel arabo-musulman».

Un aveuglement français

Côté français, ces événements passent presque inaperçus. Il faut dire qu’ils vont aussi à l’encontre d’une certitude partagée par de nombreux hommes politiques et journalistes. Dans un contexte international et régional d’ébullition anti-coloniale (Vietnam, Tunisie, Maroc,…), tous sont persuadés que «l’Algérie ne bougera pas» et que les massacres de Sétif et Guelma pendant le Printemps 1945 (plusieurs milliers de musulmans tués après avoir réclamé l’indépendance et s’être attaqués à des Européens) dissuaderont pour longtemps les «musulmans» d’avoir recours à la violence pour améliorer leur sort et encore moins pour réclamer l’indépendance.

Un homme, pourtant, a vu venir cette insurrection. Il s’agit de Jean Vaujour, directeur de la Sûreté en Algérie. En poste dès 1953, bien informé, recoupant les rapports de police faisant état d’un activisme suspect de la part de «séparatistes», anciens membres de l’Organisation secrète (OS, à ne surtout pas confondre avec l’OAS) – mise en place par les nationalistes algériens à la fin des années 1940, elle préparait la lutte armée avant d’être démantelée par la police française – il alerte en vain ses supérieurs à commencer par François Mitterrand, alors ministre de l’intérieur.

Ironie de l’histoire, Jean Vaujour racontera plus tard que ses services avaient même fabriqué et fourni des bombes bruyantes et inoffensives à des réseaux qu’ils avaient infiltrés! Il faudra attendre plusieurs mois avant que les autorités françaises prennent la mesure de la gravité de la situation en engagent des moyens considérables pour en finir avec «la rébellion».

Une histoire que le cinéma n’a toujours pas racontée

Comme nombre d’épisodes de la Guerre d’Algérie, le 1er novembre 1954, et avec lui la crise politique qui a mené à l’éclatement du MTLD et à la naissance du FLN reste encore à raconter au cinéma (mais aussi à travers la littérature). On imagine une fresque historique mettant en présence les «neuf historiques», leurs doutes, leurs rivalités déjà naissantes, l’aveuglement et la désinvolture des autorités gouvernementales à Paris cela sans oublier le rôle influent de Nasser ou les calculs politiciens de Charles de Gaulle.

Un point de départ pourrait être la fameuse photo de six d’entre eux (les six historiques) prise quelques temps avant le déclenchement de l’insurrection. Pourtant rien de tel n’existe encore. Rien à voir avec les centaines de films américains qui traitent de la guerre au Vietnam (et qui commencent à raconter – certes, à leur façon - celle d’Irak).

Côté français, la Guerre d’Algérie reste un thème à manier avec précaution. On imagine mal, y compris en 2011, c’est-à-dire cinquante ans après l’indépendance, des producteurs prendre le risque de mettre en scène des personnages historiques du FLN. Et quand le 1er novembre est mentionné, c’est toujours de manière anecdotique, pour ne pas dire ridicule, comme en témoigne un passage du film «Le grand Charles» qui traite de l’itinéraire de Charles de Gaulle. La séquence consacrée au 1er novembre 1954 met ainsi en scène l’attaque du bus où se trouvaient le caïd et l’instituteur Monnerot.

Des têtes de Talibans

Les maquisards (qui s’expriment en arabe marocain…) y ont des têtes de Talibans, notamment leur chef, barbu et coiffé d’un chèche noire, ce qui, outre le caractère anachronique du raccourci, en dit long sur la manière dont, en France, on représente souvent le FLN…

Côté algérien, et malgré une profusion de scénarios, c’est une question de manque de moyens mais aussi de circuits de distribution quasiment inexistants. Longtemps considéré comme une priorité – à condition de ne pas aborder les thèmes déplaisants au pouvoir en place -, le cinéma algérien est dans un état d’agonie prolongée.

Peu de producteurs, des salles en déshérence et une disparition progressive du savoir-faire, ce cinéma a un besoin urgent de projets pour raconter à son peuple une autre histoire que celle qui peut lui parvenir du nord de la Méditerranée. Dans quelques années, peut-être, sera annoncé un film ayant pour titre, «les neufs historiques»…

Par Akram Belkaïd

                                       ********************

Cet article avait été initialement publié le 1er novembre 2011 sur Slate Afrique. 

 

Akram Belkaïd

Akram Belkaïd, journaliste indépendant, travaille avec Le Quotidien d'Oran, Afrique Magazine, Géo et Le Monde Diplomatique. Prépare un ouvrage sur le pétrole de l'Alberta (Carnets Nord). Dernier livre paru, Etre arabe aujourd'hui (Ed Carnets Nord), 2011.

Ses derniers articles: Le pays où le mensonge est la règle  Ces mots qui tuent le français  Le monde arabe à l'heure du Web 

Algérie cinquante ans

Hommage

Ce que l’Algérie doit à Chadli Bendjedid

Ce que l’Algérie doit à Chadli Bendjedid

Tabou

Ce que coûte le ramadan à l'économie algérienne

Ce que coûte le ramadan à l'économie algérienne

Diplomatie

Plaidoyer pour un Maghreb uni

Plaidoyer pour un Maghreb uni

FLN

AFP

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie

Les Algériens élisent leur président

Les Algériens élisent leur président

L'après-17 avril

Il faut regarder au-delà de la présidentielle algérienne

Il faut regarder au-delà de la présidentielle algérienne

guerre d'Algérie

Travail de mémoire

«C'est par le rap que j'ai connu le 17 octobre 1961»

«C'est par le rap que j'ai connu le 17 octobre 1961»

Guerre d'Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

Souvenirs

Il était une fois les accords d'Evian

Il était une fois les accords d'Evian