mis à jour le

Touristes tués en Egypte: l'attaque a duré trois heures, selon une survivante

Une touriste mexicaine qui a survécu au bombardement par l'armée égyptienne qui a tué huit de ses compatriotes et quatre accompagnateurs égyptiens, a expliqué à un quotidien mexicain que l'attaque avait duré environ trois heures.

Le récit de Susan Calderon a été publié jeudi dans El Universal, quelques heures avant son rapatriement avec cinq autres touristes blessés vers Mexico à bord d'un avion du gouvernement mexicain.

"Nous avons été bombardés environ cinq fois, toujours depuis les airs. Cela a duré au total trois heures environ", raconte Susan Calderon, blessée aux deux bras et dont le mari, Luis Barajas, est décédé lors de l'attaque. 

"Il n'y avait aucun endroit où se cacher, aucun endroit où s'enfuir... Je ne sais pas si c'était des roquettes ou des bombes ou autre chose", indique-t-elle. Elle précise qu'elle appliquait de la crème solaire à son mari lorsque l'attaque a commencé au moment de la pause-déjeuner. 

Son mari était encore vivant quand les secours sont arrivés, précise-t-elle. 

"J'ai vu mon mari lorsqu'ils m'ont mise sur une civière pour m'emmener à l'hôpital. Je l'ai entendu me dire qu'il m'aimait, je lui ai dit que je l'aimais aussi. Puis plus rien", raconte cette femme sur son lit d'hôpital. "C'était censé être le voyage de notre vie. Nous allions ensuite à Paris où nous allions commencer un circuit en Europe".

Ce couple sans enfant était marié depuis 20 ans et dirigeait un commerce d'équipements pour hôpitaux dans la ville de Guadalajara (ouest).

 

- Mexico demande une enquête approfondie -

 

Les six touristes mexicains blessés ont quitté l'hôpital de la banlieue du Caire où ils étaient soignés. Les rescapés - cinq femmes et un homme - ont été transportés en civière à bord d'ambulances en milieu d'après-midi. 

Une des rescapées a quitté l'établissement une perfusion au bras, une autre le bras dans le plâtre.

"Je suis très reconnaissante au peuple égyptien et au peuple mexicain pour toutes ces attentions", s'est émue Maricela Rangel Davalos, alors qu'on l'installait dans une ambulance.

"Je suis contente de rentrer à la maison", a lancé une autre blessée, un sourire aux lèvres. 

Le gouvernement égyptien, très avare d'informations sur les circonstances du drame depuis quatre jours, a affirmé que l'armée avait frappé "par erreur", en traquant des "terroristes" jihadistes, et que le groupe de touristes se trouvait dans "une zone interdite".

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry avait promis mercredi une "enquête approfondie et transparente".

Mais quelques heures plus tard, le parquet général égyptien interdisait aux médias la publication de toute information relative aux faits et à l'enquête, sous peine de poursuites, selon l'agence de presse gouvernementale Mena.

Des responsables égyptiens, sous couvert de l'anonymat, ont expliqué à l'AFP que l'armée et la police menaient au moment et à l'endroit du drame une opération contre des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui avaient enlevé et décapité un civil égyptien.

Dimanche, la branche égyptienne de l'EI avait effectivement affirmé avoir repoussé une attaque des forces de sécurité dans ce même secteur et diffusé la photo d'un homme décapité présenté comme un "espion de l'armée".

De nombreux pays occidentaux déconseillent fortement depuis des mois à leurs ressortissants de se rendre dans le désert occidental, en particulier depuis le meurtre d'un Américain en août 2014 et un Croate travaillant pour une compagnie française enlevé en juillet dernier. L'EI a revendiqué le meurtre de l'Américain et affirmé avoir décapité le Croate.

 

 

AFP

Ses derniers articles: Gambie: des troupes ouest-africaines prêtes  CAN: les Gabonais Lemina et Obiang forfait pour le reste de l'épreuve  CAN: le Cameroun accélère, le Gabon au ralenti 

touristes

AFP

Gambie: les touristes affluent mais les commerçants plient bagages

Gambie: les touristes affluent mais les commerçants plient bagages

AFP

Eléphants, lions, sources chaudes... Le Nigeria veut attirer les touristes

Eléphants, lions, sources chaudes... Le Nigeria veut attirer les touristes

AFP

Egypte: les touristes ont déserté les pyramides

Egypte: les touristes ont déserté les pyramides

tués

AFP

Kenya: 2 braconniers tués par des rangers dans le parc Tsavo-est

Kenya: 2 braconniers tués par des rangers dans le parc Tsavo-est

AFP

Egypte: huit policiers tués dans le sud-ouest

Egypte: huit policiers tués dans le sud-ouest

AFP

Cameroun: "une centaine" de Boko Haram tués au Nigéria

Cameroun: "une centaine" de Boko Haram tués au Nigéria