mis à jour le

RDC: le verdict du procès de l'affaire Chebeya attendu

Plus de cinq ans après les faits, le verdict dans le procès en appel de cinq policiers congolais accusés de l'assassinat du défenseur des droits de l'Homme Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana est attendu jeudi à Kinshasa.

Avant même l'ouverture de l'audience de la Haute Cour militaire de la République démocratique du Congo, prévue pour 10H00 (09H00 GMT), les parties civiles disent n'attendre pas "grand chose de ce prononcé".

"Ce procès ne s'est pas bien déroulé", il "laisse des zones d'ombres" et un "goût d'inachevé", a déclaré à l'AFP Me Richard Bondo, coordonnateur des avocats des parties civiles. 

"Nous espérons qu'il y aura quelques condamnations à perpétuité", a-t-il néanmoins ajouté.

Du côté de la défense, Me Bokata Ikundaka, avocat du principal accusé, le colonel Daniel Mukalay, espère qu'à défaut d'un "acquittement total" de son client, la cour "disqualifiera l'infraction d'assassinat en homicide involontaire (...) et le condamnera à quelques années de prison".

En première instance, le colonel Mukalay avait été condamné à mort, reconnu coupable d'avoir orchestré l'assassinat de Chebeya et de Bazana, conviction partagée par le procureur dans son réquisitoire en août.

Fondateur de l'ONG la Voix des sans-voix pour les droits de l'Homme (VSV), devenu au fil des ans très critique vis-à-vis du président Joseph Kabila, Chebeya a été retrouvé mort dans sa voiture le 2 juin 2010 en périphérie de Kinshasa.

La veille au soir, il s'était rendu au siège de la police après avoir été convoqué pour y rencontrer son chef, le général John Numbi.

Suspendu de ses fonctions peu après l'assassinat, le général Numbi en a été démis en décembre 2013 et n'exerce aujourd'hui plus aucune fonction officielle.

- 'Faire rebondir l'affaire' -

Il a toujours nié avoir fixé ce rendez-vous, mais les parties civiles le considèrent comme le suspect "numéro un" et regrettent que l'officier n'ait "même pas comparu" en appel, a ajouté Me Bondo.

Quant au chauffeur de M. Chebeya, Fidèle Bazana, il a disparu après l'avoir déposé à ce rendez-vous, et la justice a conclu à l'issue du procès en première instance (2011) qu'il avait lui aussi été assassiné. Son corps n'a jamais été retrouvé. 

Militant connu et respecté, Chebeya a eu droit à des obsèques nationales.

A l'échelle internationale, sa mort a été à l'origine d'une brouille diplomatique entre la RDC et Paris en 2012 après que le président français François Hollande lui eut rendu, lors du sommet de la francophonie à Kinshasa, un hommage posthume peu apprécié par M. Kabila, au pouvoir depuis 2001.

Mi-août, le ministère public a requis la prison à vie pour les cinq accusés, rejoignant la demande des parties civiles, qui s'opposent à la peine de mort. Celle-ci n'est plus appliquée en RDC en vertu d'un moratoire sur les exécutions.

Au terme du procès en première instance, après une enquête dénoncée comme bâclée par les parties civiles, des organisations de défense des droits de l'Homme et plusieurs chancelleries occidentales, quatre policiers avaient été condamnés à mort (dont trois par contumace). Un autre avait été condamné à perpétuité et trois policiers acquittés. 

Le procès en appel s'était ouvert en juin 2012 mais avait été suspendu courant 2013 pour ne reprendre finalement qu'en avril.

Rapidement après la reprise des débats, la Haute Cour a décidé de suspendre les poursuites en appel contre trois des policiers condamnés à mort et aujourd'hui en fuite, pour "gagner du temps". 

L'un d'eux, le major Paul Mwilambwe, contre qui une procédure est ouverte à Dakar au Sénégal dans le cadre de l'affaire Chebeya, a mis en cause le général Numbi dans la fin tragique du militant, mais les parties civiles ne sont jamais parvenues à convaincre la Cour de recueillir ce témoignage.

Selon Me Bondo, les parties civiles, qui projettent déjà un pourvoi en cassation, espèrent également s'appuyer sur la procédure en cours à Dakar pour "faire rebondir l'affaire" Chebeya au niveau international.

AFP

Ses derniers articles: Togo : trois morts dans des heurts avec les forces de l'ordre (opposition)  Heurts entre manifestants et forces de l'ordre  L'Afrique doit doubler ses investissements dans les infrastructures 

Kinshasa

AFP

RD Congo: la pression monte pour que Kinshasa publie un calendrier électoral

RD Congo: la pression monte pour que Kinshasa publie un calendrier électoral

AFP

RD Congo: retour au pays tendu pour Félix Tshisekedi

RD Congo: retour au pays tendu pour Félix Tshisekedi

AFP

RDC: l'ONU condamne l'intrusion des militaires dans ses installations, Kinshasa conteste

RDC: l'ONU condamne l'intrusion des militaires dans ses installations, Kinshasa conteste

procès

AFP

Nigeria: l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu absent

Nigeria: l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu absent

AFP

Maroc: le procès des partisans du mouvement de contestation

Maroc: le procès des partisans du mouvement de contestation

AFP

Nigeria: l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu absent

Nigeria: l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu absent

verdict

AFP

Le Kenya attend le verdict de la Cour suprême pour la présidentielle

Le Kenya attend le verdict de la Cour suprême pour la présidentielle

AFP

Verdict définitif pour Hissène Habré, jugé pour crimes contre l'humanité

Verdict définitif pour Hissène Habré, jugé pour crimes contre l'humanité

AFP

Disparus du Novotel en Côte d'Ivoire: verdict attendu en soirée

Disparus du Novotel en Côte d'Ivoire: verdict attendu en soirée