mis à jour le

Un pick-up de retour de Libye à Agadez en mai 2014 (REUTERS/Joe Penney)
Un pick-up de retour de Libye à Agadez en mai 2014 (REUTERS/Joe Penney)

Réfugiés: la tentation des centres de rétention hors d'Europe

Face à l'afflux massif de migrants aux frontières du Vieux continent, les pays européens sont de plus en plus enclins à réfléchir à des solutions pour limiter les flux en amont.

En réclamant à deux reprises en quelques jours, à la Baule puis dans un entretien au Figaro, la création de «centres de rétention administrative dans les pays périphériques à Schengen», Nicolas Sarkozy exprime peut-être simplement tout haut ce que la Commission européenne et ses membres les plus influents, dont la France, envisageraient volontiers tout bas.

Il ne s’agit pour l’instant que de signes, mais la précipitation de la crise migratoire, ces derniers mois, en accélère l’éclosion; de discrètes missions à l’étranger, des conversations bilatérales avec certains pays extérieurs à l’espace Schengen. L’Europe tourne encore autour du pot, autour des mots. Des initiatives sont évoquées, dans les conférences ou les communiqués, encore difficilement avouables, leurs contours imprécis, de «centres de réfugiés» ou de «centres pour migrants». Il n’est encore officiellement question que d’«accueil» ou d’«assistance».

Repousser les frontières de l'Europe

Mais, à la vérité, c’est bien le blocage des migrants en un point donné, leur tri, la répartition entre migrants économiques, qu’on rejetterait, et migrants «éligibles» au statut de réfugiés, auxquels on permettrait l’accès à l’espace communautaire, qui est en cause. En d’autres termes, de camps de rétention, où des enfants, des femmes, des hommes seraient au moins provisoirement privés de liberté.

Nicolas Sarkozy pense sans doute avoir un temps d’avance dans la fermeté. Mais c’est à tort. Ses propos dans le Figaro, visant à bloquer, filtrer, refouler ceux qui tentent de se fixer sur le territoire européen reflètent à peu près les analyses et convergences moyennes de la Commission et des pays membres. D'un avis à peu près unanime, il est en effet devenu une nécessité de repousser au-delà de la Méditerranée et des dernières frontières, à l’est, les limites réelles de l’espace Schengen, au regard du phénomène migratoire. 

Des centres de tri au sud de l'Europe?

Déjà pour épargner à des milliers de malheureux le risque de périr en mer ou la malveillance des passeurs. Mais aussi pour desserrer l’étau qui étrangle peu à peu les zones frontalières de la Hongrie, les îles ou les ports de l’Italie et de la Grèce, «pays d’entrée» déjà submergés par l’afflux de migrants, mais qui peuvent s’attendre à en voir arriver beaucoup plus. En fait, pour renvoyer au plus loin le choc des mondes, pour retarder ce tournant de l’histoire moderne européenne, auquel le continent est en train de réaliser qu’il doit se préparer.

Aleksandar Vulin, le ministre du travail de Serbie, a confirmé, en août, que Bruxelles avait proposé à son pays de laisser s’ouvrir, au sud de son territoire, un camp pouvant accueillir 400.000 personnes. Un «camp de réfugiés», a précisé la Commission. En fait, un centre de tri. Donc de rétention. Une immense prison, au moins de courtes peines, non prononcées légalement. Le ministre a dit son inquiétude à propos cette suggestion, comme des officiels bulgares, qui savent qu’une offre identique plane au-dessus de Sofia.

Lire la suite de l'article sur Slate.fr (c'est gratuit!)

Slate.fr

Ses derniers articles: Comment Aqmi est revenu sur le devant de la scène en sous-traitant ses attaques  Pour Daech, le vrai combat se déroule en Libye  Comment le djihadisme est devenu «global» 

Agadez

Frontières

Le Niger, pays stratégique de prévention de l’immigration illégale pour l’UE

Le Niger, pays stratégique de prévention de l’immigration illégale pour l’UE

Niger

La ruée vers l'or qui secoue Agadez

La ruée vers l'or qui secoue Agadez

bien commun

Agadez au patrimoine mondial, le pied-de-nez aux djihadistes

Agadez au patrimoine mondial, le pied-de-nez aux djihadistes

immigration

Crise migratoire

La mort d'une joueuse de foot de la Gambie en Méditerranée symbolise le drame de ce pays

La mort d'une joueuse de foot de la Gambie en Méditerranée symbolise le drame de ce pays

Black lives matter

Quand les Afro-Américains imaginent (plus ou moins) sérieusement leur «Blaxit»

Quand les Afro-Américains imaginent (plus ou moins) sérieusement leur «Blaxit»

Nord-Sud

L'injustice du visa pour les vacanciers africains

L'injustice du visa pour les vacanciers africains

Méditérranée

AFP

Migrants: Cinq morts en Méditerranée mais des milliers de sauvés

Migrants: Cinq morts en Méditerranée mais des milliers de sauvés

Pétrole

Question pétrole, la Méditerranée ne sait pas sur quel pied danser

Question pétrole, la Méditerranée ne sait pas sur quel pied danser

AFP

Le HCR redoute jusqu'

Le HCR redoute jusqu'