mis à jour le

Centrafrique: nouveau cas d'abus sexuel par un civil de la Minusca

La Mission des Nations unies en Centrafrique a été informée d'un nouveau cas d'abus sexuel commis par un membre de son personnel civil, a-t-elle annoncé mardi dans un communiqué reçu à Libreville.

"La Minusca a été informée le 12 septembre 2015 d'un cas d'allégation d'exploitation sexuelle commise par un civil" travaillant pour la mission en Centrafrique.

"La Minusca a informé les autorités centrafricaines de cette allégation et le Bureau des services de contrôle interne des Nations unies a immédiatement pris des mesures pour enquêter (...), conformément à la politique de tolérance zéro du secrétaire général Ban Ki-moon sur les actes d'exploitation et d'abus sexuels", poursuit le communiqué.

"Le Représentant spécial du secrétaire général, Parfait Onanga-Anyanga, s'est entretenu de ce nouveau cas avec le Haut-commissaire aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al-Hussein, et le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous", ajoute le texte.

Actuellement, 17 cas d'allégations d'exploitation et d'abus sexuels commis par le personnel de l'ONU en République Centrafricaine ont été signalés à la Minusca.

Le cas révélé mardi est le premier impliquant un membre du personnel civil. Il émane d'une femme âgée d'une trentaine d'années qui a révélé son histoire samedi. Celle-ci a affirmé avoir été exploitée sexuellement il y a environ six mois.

Le porte-parole des Nations unies, Stephane Dujarric, a ajouté que l'homme, dont la nationalité n'a pas été précisée, "est toujours dans le pays et n'est pas autorisé à le quitter pour le moment".

Les membres du personnel civil ne sont pas sujets aux mêmes règles que leurs collègues militaires et policiers chargés du maintien de la paix: selon les règles de l'ONU, c'est aux Etats membres d'enquêter et de poursuivre leurs soldats. Mais comme ce nouveau cas concerne un civil, le bureau d'enquête interne des Nations unies et les autorités centrafricaines ont été averties pour donner suite à l'affaire.

Sur les 17 cas d'allégations d'abus sexuels commis par le personnel de l'ONU en Centrafrique, "treize impliquent des militaires, l'un porte sur des allégations contre notre police, un cas implique un civil et pour deux autres cas l'identité des auteurs est inconnue", a repris la Minusca.

Hervé Ladsous, de retour de Centrafrique, a estimé que les accusations contre les membres de la Minusca étaient "catastrophiques". Il avait annoncé le 12 septembre que les Nations unies avaient suspendu les paiements de soldes de Casques bleus venant de neuf pays participant à la Minusca.

M. Ban avait décrit les accusations d'abus sexuel contre les forces de maintien de la paix comme "un cancer dans notre système".

Suite à ces scandales, le secrétaire général de l'ONU a nommé Parfait Onanga-Anyanga, un Gabonais, à la tête de sa mission en Centrafrique, après la démission du Sénégalais Babacar Gaye.

AFP

Ses derniers articles: Gambie: gel des biens de Jammeh, soupçonné d'avoir détourné 50 millions USD  Maroc: une importante délégation gouvernementale visite Al-Hoceïma  Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national 

Minusca

AFP

Centrafrique: nouvelles accusations d'abus sexuels dans la Minusca

Centrafrique: nouvelles accusations d'abus sexuels dans la Minusca

République centrafricaine

Plongée dans les rues de Bambari, symbole du chaos centrafricain

Plongée dans les rues de Bambari, symbole du chaos centrafricain

Centrafrique

De nouvelles accusations de viols de soldats de l'ONU sur des enfants à Bangui

De nouvelles accusations de viols de soldats de l'ONU sur des enfants à Bangui

nouveau

AFP

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

AFP

Conférence sur la Somalie

Conférence sur la Somalie

AFP

RDC: Kabila nomme un nouveau gouvernement pléthorique

RDC: Kabila nomme un nouveau gouvernement pléthorique