mis à jour le

Libye: l'ONU soumet un projet d'accord politique aux autorités rivales

L'émissaire de l'ONU pour la Libye a annoncé dimanche qu'un consensus pour la formation d'un gouvernement d'unité nationale avait été trouvé lors de pourparlers au Maroc mais qu'il devait encore être entériné par les autorités rivales de ce pays déchiré par la guerre.

Les deux jours qui viennent seront cruciaux pour savoir notamment si l'une des deux autorités libyennes, basée à Tripoli, confirme son accord, a déclaré Bernardino Leon lors d'une conférence de presse à Skhirat, la station balnéaire marocaine où se tiennent les pourparlers depuis jeudi.

"Après des heures de discussions, nous avons trouvé ce que nous considérons être un consensus sur les principaux éléments" d'un accord politique pour mettre fin au conflit, a-t-il annoncé.

M. Leon a précisé que les négociateurs libyens s'étaient entendus sur huit des neuf points de divergence.

"Nous croyons que ce texte va recevoir le soutien total des parties" au conflit, notamment des deux autorités qui se disputent actuellement le pouvoir, a-t-il ajouté.

Deux gouvernements rivaux s'opposent en Libye, pays déchiré par des violences depuis la chute en 2011 de l'ex-dictateur Mouammar Khadafi: l'un, dominé par la coalition de milices -pour partie islamistes- Fajr Libya, siège à Tripoli et l'autre, qui est reconnu par la communauté internationale, est basé dans l'est.

Un précédent accord de paix et de réconciliation proposé par l'ONU le 12 juillet avait été rejeté par les autorités de Tripoli.

Ces dernières qui ont décidé au dernier moment de participer aux nouvelles négociations vont soumettre cet accord à l'ensemble de leurs représentants en Libye, a précisé M. Leon.

Ils reviendront au Maroc dans un délai de 48 heures, mardi, avec une liste de candidats pour le prochain gouvernement d'unité nationale.

"Nous espérons ainsi que nous pourrons arriver à un consensus sur ce gouvernement dans les deux jours qui suivent", a ajouté M. Leon.

Il a pressé les autorités rivales de l'est, notamment le Parlement de Tobrouk qui avait soutenu le précédent accord de paix, d'accepter la nouvelle mouture.

"Il faudra encore beaucoup de travail mais nous pensons que nous pouvons arriver à un accord (politique) paraphé avant la date butoir du 20 septembre", avant l'Assemblée générale de l'ONU, a espéré l'émissaire de l'ONU.

AFP

Ses derniers articles: Egypte: le boss du club de Zamalek, un parfum de dynamite  Guinée: retour au calme, le parquet demande l'arrêt de la grève  Macron qualifie de "crime contre l'Humanité" les faits d'esclavage en Libye 

l'ONU

AFP

L'ONU renforce de 900 militaires sa mission de paix en Centrafrique

L'ONU renforce de 900 militaires sa mission de paix en Centrafrique

AFP

Violences au Cameroun: l'ONU prête

Violences au Cameroun: l'ONU prête

AFP

Paris va défendre face

Paris va défendre face

politique

AFP

En Afrique du Sud, la violence politique embrase

En Afrique du Sud, la violence politique embrase

AFP

Au Kenya, le portefeuille du "mwananchi"

Au Kenya, le portefeuille du "mwananchi"

AFP

Soudan: Trump suit la politique d'Obama et lève l'embargo

Soudan: Trump suit la politique d'Obama et lève l'embargo

projet

AFP

Burundi: projet de révision constitutionnelle permettant au président Nkurunziza de rester au pouvoir

Burundi: projet de révision constitutionnelle permettant au président Nkurunziza de rester au pouvoir

AFP

La justice béninoise déboute Bolloré sur son grand projet ferroviaire ouest-africain

La justice béninoise déboute Bolloré sur son grand projet ferroviaire ouest-africain

AFP

Libye: le projet de Constitution voté

Libye: le projet de Constitution voté