mis à jour le

Allégations de viols en Centrafrique: l'ONU autorise l'audition de la rédactrice du rapport accusateur

L'ONU a autorisé l'audition de son employée qui avait rédigé un rapport sur des accusations de viols portées par des enfants centrafricains contre des militaires français, a appris vendredi l'AFP de source judiciaire. 

Les Nations unies ont accepté la "levée d'immunité juridictionnelle dont jouit la rédactrice du rapport afin qu'elle soit entendue comme témoin", a expliqué la source. Cette audition devra se dérouler en présence d'un représentant du secrétaire général, Ban Ki-moon, a-t-elle précisé. 

Il s'agit d'une Française désormais en poste au Chili, a ajouté une source proche du dossier. 

Révélé au printemps par le quotidien britannique The Guardian, son rapport fait état des témoignages de six enfants de 9 à 13 ans, qui dénoncent des abus sexuels commis par des militaires français de l'opération Sangaris, dans le camp de l'aéroport M'Poko à Bangui, entre fin 2013 et mai-juin 2014.

Quatorze militaires français ont été mis en cause, dont trois identifiés, par les témoignages de six enfants, qui ont notamment parlé de fellations. 

L'opération française Sangaris, qui n'est pas sous commandement de l'ONU, a été déclenchée en 2013, pour stabiliser la situation en Centrafrique alors en proie au chaos, et tenter d'enrayer les tueries entre communautés chrétienne et musulmane. Au plus fort de sa présence elle a compté 2.000 hommes, des effectifs désormais réduits de plus de moitié.

Des enquêteurs français se sont rendus durant la première quinzaine de juillet en Centrafrique: des prévôts de gendarmerie, le service chargés d'enquêter sur les forces armées françaises à l'étranger, accompagnés d'un juge d'instruction et d'un représentant du parquet. 

En présence d'un interprète en sango, la langue parlée en Centrafrique, une enquêtrice spécialisée dans les interrogatoires de mineurs victimes a notamment entendu les 11 enfants, des auditions qui ont été filmées, ainsi que des responsables d'associations et d'ONG.

Les enquêteurs vont désormais décortiquer ces auditions pour notamment vérifier si ces déclarations sont compatibles avec la topographie des lieux, et pour vérifier qu'elles n'ont pas varié. Durant leur séjour centrafricain, les enquêteurs se sont rendus dans le camp de l'aéroport M'Poko. 

Un instituteur centrafricain, qui avait été le premier à transmettre ces accusations, a également été entendu. Selon une source proche du dossier, il a confirmé les identités des mineurs qui auraient été victimes de viols, selon une source proche du dossier. Il n'a en revanche pas souhaité répondre à d'autres questions précises sur les faits allégués, a ajouté cette source. 

Les trois soldats identifiés n'ont pour l'instant pas été entendus.

L'ONU et le ministère de la Défense s'étaient défendus d'avoir voulu étouffer ces accusations, rendues publiques près d'un an après l'ouverture d'une enquête préliminaire à Paris.

"Si les faits sont avérés, je ne mesurerai pas ma colère, parce que lorsque le soldat français est en mission, il est la France. Si d'aventure un seul d'entre eux a commis de tels actes, qu'il se dénonce immédiatement", avait déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

La semaine dernière, la justice française a ouvert une enquête préliminaire distincte, pour viol, après des accusations portées contre un soldat français de Sangaris par une jeune femme centrafricaine.

 

AFP

Ses derniers articles: Le village natal de Mugabe en deuil de l'enfant du pays  Le monde compte plus de 40 millions d'esclaves  Niger: trois militants innocentés après une manifestation violente 

l'ONU

AFP

L'ONU renforce de 900 militaires sa mission de paix en Centrafrique

L'ONU renforce de 900 militaires sa mission de paix en Centrafrique

AFP

Violences au Cameroun: l'ONU prête

Violences au Cameroun: l'ONU prête

AFP

Paris va défendre face

Paris va défendre face

rapport

AFP

Le Cameroun accuse l'ICG de "déstabilisation" après un rapport sur la crise anglophone

Le Cameroun accuse l'ICG de "déstabilisation" après un rapport sur la crise anglophone

AFP

Maroc: les autorités rejettent un rapport de HRW aux conclusions "hâtives et erronées"

Maroc: les autorités rejettent un rapport de HRW aux conclusions "hâtives et erronées"

AFP

Burundi: les populations continuent de fuir les sévices, selon un rapport

Burundi: les populations continuent de fuir les sévices, selon un rapport

viols

AFP

Viols d'humanitaires

Viols d'humanitaires

AFP

Soldats accusés de viols en Centrafrique: des associations dénoncent l'instruction

Soldats accusés de viols en Centrafrique: des associations dénoncent l'instruction

AFP

Nigéria: HRW accuse des responsables de viols sur des victimes de Boko Haram

Nigéria: HRW accuse des responsables de viols sur des victimes de Boko Haram