mis à jour le

Guinée-Bissau: démission du nouveau Premier ministre

Le nouveau Premier ministre bissau-guinéen Baciro Dja, dont le gouvernement a été investi lundi, a annoncé mercredi sa démission à la suite de l'invalidation par la Cour suprême de sa nomination en août, a-t-on appris de sources officielles.

Le pays replonge ainsi dans la crise politique déclenchée par la destitution par le président José Mario Vaz de son Premier ministre Domingos Simoes Pereira, en poste depuis 14 mois, en arguant d'une "crise de confiance au sommet de l'Etat".

"Le président de la République vient de m'informer que la Cour suprême avait déclaré inconstitutionnelle ma nomination au Poste de Premier ministre, par conséquent je me retire de mes fonctions. Je vais dans mon bureau pour formaliser ma décision", a déclaré M. Dja aux journalistes à la sortie d'une audience avec le chef de l'Etat.

Auparavant, la Cour suprême, saisie d'un recours du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), majoritaire au Parlement, contre le décret de nomination du nouveau Premier ministre le 20 août, en avait "déclaré l'inconstitutionnalité formelle et matérielle".

Par huit voix sur douze, les membres de la plus haute juridiction du pays ont estimé que ce décret contrevenait à la Constitution, selon laquelle le poste de Premier ministre revient au chef du parti vainqueur des législatives, lui reprochant en outre l'absence de consultation avec l'ensemble des partis politiques sur cette nomination.

Le PAIGC, auquel appartiennent à la fois le président et les deux Premiers ministres, avait rejeté la destitution de M. Pereira.

M. Dja était néanmoins parvenu à former un gouvernement, annoncé lundi, grâce à un accord avec le Parti de la rénovation sociale (PRS), deuxième parti au Parlement avec 41 députés sur 102 et le ralliement d'au moins une dizaine de membres du PAIGC.

Le désaccord entre MM. Vaz et Pereira portait notamment sur le choix du futur chef des forces armées, un poste-clé dans ce petit pays situé sur la route de la drogue entre l'Amérique latine et l'Europe.

Ex-colonie portugaise d'Afrique de l'Ouest de quelque 1,6 million d'habitants, la Guinée-Bissau a connu de nombreuses tentatives de coups d'Etat, réussies ou manquées, dans lesquels les militaires ont généralement joué un rôle prépondérant.

Pendant des années, l'instabilité politique et la pauvreté y ont facilité l'implantation de narcotrafiquants, sous la protection présumée de hauts responsables de l'armée.

AFP

Ses derniers articles: Afrique: un tiers des pays ont des niveaux de développement humain moyens ou élevés  En Afrique du Sud, les soldats oubliés de l'apartheid  L'Afrique du Sud ne doit pas devenir un "Etat-mafia", dit son vice-président 

démission

AFP

Tunisie: démission surprise du président de l'instance électorale

Tunisie: démission surprise du président de l'instance électorale

AFP

Afrique du Sud: les appels

Afrique du Sud: les appels

AFP

Réforme constitutionnelle au Bénin: démission du ministre de la Défense

Réforme constitutionnelle au Bénin: démission du ministre de la Défense

ministre

AFP

Soudan: premier gouvernement dirigé par un Premier ministre depuis 1989

Soudan: premier gouvernement dirigé par un Premier ministre depuis 1989

AFP

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

AFP

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

nouveau

AFP

Conférence sur la Somalie

Conférence sur la Somalie

AFP

RDC: Kabila nomme un nouveau gouvernement pléthorique

RDC: Kabila nomme un nouveau gouvernement pléthorique

AFP

Burkina: nouveau report du procès du dernier gouvernement Compaoré

Burkina: nouveau report du procès du dernier gouvernement Compaoré