mis à jour le

Guinée-Bissau: formation d'un nouveau gouvernement après un mois de crise

Un nouveau gouvernement bissau-guinéen dirigé par le Premier ministre Baciro Dja a été formé lundi, selon un décret du président José Mario Vaz, après quasiment un mois de crise provoquée par le limogeage du précédent chef de gouvernement.

Le nouveau gouvernement, dont la formation a été rendue possible par un accord avec le Parti de la rénovation sociale (PRS), deuxième parti au Parlement avec 41 députés sur 102 et le ralliement de membres du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), majoritaire, compte 16 ministres et 15 secrétaires d'Etat.

Parmi les principaux portefeuilles, seul celui des Finances n'a pas été pourvu dans l'immédiat, les Affaires étrangères revenant à Rui Dia de Souza, du PAIGC, la Défense à Eduardo Costa Sanha, l'Intérieur au ministre sortant, Octavio Alves, et la Justice à Dionisio Cadi, du PDS.

Le nouveau gouvernement, dont la composition a été annoncée à la radio publique, devaient prêter serment lors d'une cérémonie à la présidence dans la soirée.

Le président José Mario Vaz, son Premier ministre destitué le 12 août Domingos Simoes Pereira et son successeur Baciro Dja, nommé le 20 août, appartiennent tous les trois au PAIGC - 57 députés sur 102 - qui réclamait en vain la reconduction de M. Pereira.

Le 12 août, M. Vaz - élu en mai 2014 - s'était séparé de M. Pereira, en poste depuis 14 mois, en arguant d'une "crise de confiance au sommet de l'Etat".

Le désaccord portait notamment sur le choix du futur chef des forces armées, un poste-clé dans ce petit pays situé sur la route de la drogue entre l'Amérique latine et l'Europe.

Ex-colonie portugaise d'Afrique de l'Ouest de quelque 1,6 million d'habitants, la Guinée-Bissau a connu de nombreuses tentatives de coups d'Etat, réussies ou manquées, dans lesquels les militaires ont généralement joué un rôle prépondérant.

Pendant des années, l'instabilité politique et la pauvreté y ont facilité l'implantation de narcotrafiquants, sous la protection présumée de hauts responsables de l'armée.

AFP

Ses derniers articles: Bousculade au Maroc lors d'une distribution d'aide: au moins 15 morts  Finale aller de la CAF: pas d'incident  Zimbabwe: Mugabe a "accepté de démissionner", selon son entourage 

crise

AFP

Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue

Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue

AFP

Le Kenya s'enfonce dans la crise après une présidentielle tronquée

Le Kenya s'enfonce dans la crise après une présidentielle tronquée

AFP

Le Cameroun accuse l'ICG de "déstabilisation" après un rapport sur la crise anglophone

Le Cameroun accuse l'ICG de "déstabilisation" après un rapport sur la crise anglophone

formation

AFP

Libye: une force régulière en formation "pour en finir avec les milices"

Libye: une force régulière en formation "pour en finir avec les milices"

AFP

Sénégal: la NBA ouvre son premier centre de formation en Afrique

Sénégal: la NBA ouvre son premier centre de formation en Afrique

AFP

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

gouvernement

AFP

Togo: l'opposition ne cède pas, le gouvernement annule une conférence internationale

Togo: l'opposition ne cède pas, le gouvernement annule une conférence internationale

AFP

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

AFP

Somalie: l'attentat de Mogadiscio met en lumière la fragilité du gouvernement

Somalie: l'attentat de Mogadiscio met en lumière la fragilité du gouvernement