mis à jour le

L'Érythrée accuse son voisin éthiopien d'être va-t-en-guerre

L'Érythrée a dénoncé les "bruits de bottes" de l'Éthiopie, son voisin et rival, qui, selon Asmara, menace de l'envahir, alors que des tensions persistent entre les deux pays après un conflit meurtrier entre 1998 et 2000, dans un communiqué publié lundi.

La rhétorique belliqueuse du principal parti de la coalition au pouvoir à Addis Abeba - le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) - s'est récemment accrue, affirme le communiqué du ministère de l'Information, sans apporter d'élément à l'appui de cette affirmation. 

L'Érythrée, qui s'est séparé de l'Éthiopie en 1991 après 30 ans de guerre d'indépendance contre l'Éthiopie, reste sur le pied de guerre avec Addis Abeba après le conflit armé meurtrier qui l'a opposé à ce pays en 1998, notamment sur la délimitation de leur frontière commune longue de 1.000 km.

La rhétorique "va-t-en-guerre du TPLF a été monnaie courante tout au long de l'hiver. Et ça a augmenté au cours de ces dernières semaines", a indiqué le ministère, faisant état de "menaces voilées" du TPLF pour dissuader certains "cercles" de "collaborer avec l'Érythrée". 

Le régime du TPLF "est allé au-delà de ces sous-entendus pour assurer ouvertement qu'il 'avait reçu le feu vert des Etats-Unis pour déclencher une guerre contre l'Érythrée'", a-t-il poursuivi. 

Il n'y a pas eu de réaction immédiate provenant d'Éthiopie, mais Addis Abeba n'a jamais par le passé pris ce genre d'affirmation au sérieux, les qualifiant de propagande. 

L'Érythrée peine à juguler l'exil constant et massif de la population. Les réfugiés érythréens constituent la troisième population après les Syriens et les Afghans à se lancer dans la périlleuse traversée de la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, à cause de violations "systématiques et à grande échelle" des droits de l'Homme par le gouvernement, selon l'ONU. 

Selon Asmara, le service militaire obligatoire pour garçons et filles, pouvant être prolongé indéfiniment - une des principales raisons pour lesquelles 5.000 Érythréens fuient chaque mois - est rendu nécessaire par les menaces de l'Ethiopie. 

AFP

Ses derniers articles: En un tweet, une star du net affrète un avion pour aider la Somalie  Centre du Mali: au moins dix morts dans des violences intercommunautaires  Le président somalien appelle l'ONU