mis à jour le

Des écoliers observent le quartier d'affaires de Nairobi, le 25 août 2015. Photo: REUTERS/Joe Penney
Des écoliers observent le quartier d'affaires de Nairobi, le 25 août 2015. Photo: REUTERS/Joe Penney

L'Afrique a de plus en plus de millionnaires, mais les pauvres ne s'enrichissent pas

Il y a même plus d'Africains sous le seuil de pauvreté qu'en l'an 2000.

Dans son dernier rapport, l'institut de recherche américain New World Wealth révèle que l'Afrique compte aujourd'hui 163.000 millionnaires en dollars. La fortune totale de ces super-riches, qui représentent à peine plus de 0,1% de la population du continent, s'élève à 670 milliards de dollars. Un montant énorme à l'échelle de l'Afrique et qui équivaut au PIB du Kenya et du Nigeria réunis, deux des plus grosses puissances économiques africaines. 

Une large partie de ces millionnaires est concentrée en Afrique du Sud dans les villes de Johannesburg, Cape Town et Pretoria, mais aussi dans quelques grosses mégalopoles en plein boom dont Lagos, Nairobi ou Lunanda, pointe le site américain Quartz

Mais ce flot d'argent, qui découle de la forte croissance à l'échelle du continent qui s'établit à plus de 4% depuis 2010, ne profite pas de la même manière à tout le monde. Selon les chiffres de la Banque mondiale, le revenu par habitant ne devrait croître que de 1,7% cette année en Afrique, alors que la croissance moyenne devrait atteindre 4,4%. 

Aujourd'hui, près d'un africain sur deux vit dans la pauvreté, soit avec moins de 1,25 dollars par jour, le seuil retenu par les Nations unies. Selon la Banque mondiale, avec l'explosion démographique le nombre de personnes qui vit sous le seuil de pauvreté a même augmenté sur la dernière décennie, passant de 376 millions de personnes en 1999 contre 413 millions en 2010. 

«Ce sont généralement les gens de la classe moyenne qui deviennent millionnaires», confie Andrew Amoils, le directeur de recherche du New World Wealth, à Quartz. Mais, «il est difficile pour les Africains de devenir riche car le système d'éducation et le système de santé sont réservés aux personnes aisées.»

Cependant, selon la Banque mondiale, le taux de pauvreté devrait néammoins baisser de 16 à 30% d'ici 2030. Une bonne nouvelle entachée d'une autre conclusion, mauvaise, qui avance que le continent africain concentrera la majorité des pauvres dans le monde dans deux décennies.  

 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

croissance

AFP

Afrique: la reprise fragile de la croissance se confirme, selon le FMI

Afrique: la reprise fragile de la croissance se confirme, selon le FMI

AFP

Le Nigeria renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Le Nigeria renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Croissance

Pourquoi la croissance démographique ne ralentit pas en Afrique

Pourquoi la croissance démographique ne ralentit pas en Afrique

pauvreté

AFP

FAO: développer le secteur rural contre la faim et la pauvreté

FAO: développer le secteur rural contre la faim et la pauvreté

AFP

São Tome: le président appelle

São Tome: le président appelle

Niger

Quand la ruée vers l'or devient le seul horizon de la jeunesse du Sahel

Quand la ruée vers l'or devient le seul horizon de la jeunesse du Sahel

riches

AFP

G20: les pays riches s'engagent

G20: les pays riches s'engagent

Décalage

Le développement creuse les inégalités

Le développement creuse les inégalités

Djamila Ould Khettab

Alger, Constantine et Oran dans le top 15 des villes africaines les plus riches en 2030

Alger, Constantine et Oran dans le top 15 des villes africaines les plus riches en 2030