mis à jour le

Somalie: 50 soldats de l'UA présumés tués dans l'attaque de leur base

Au moins 50 soldats ougandais de la Force de l'Union africaine (Amisom) auraient été tués lors de l'attaque mardi de leur base du sud de la Somalie par les islamistes shebab, selon des militaires occidentaux incorporés à l'Amisom.

"Les estimations sont qu'au moins 50 militaires de l'Amisom ont été tués", dans l'attaque de la base de Jalane, dont les shebab se sont un temps rendus maîtres, indique une note rédigée à l'intention de diplomates et consultée par l'AFP mercredi.

Au total "une centaine de soldats de l'Amisom manquent à l'appel, ce qui ne veut pas dire qu'ils sont morts", poursuit cette note, estimant que certains sont toujours cachés dans les environs du camp, repassé mardi soir sous le contrôle de la Force africaine.

Ce bilan rejoint celui des shebab, qui ont revendiqué l'attaque et affirmé avoir tué une cinquantaine de soldats de l'Amisom.

Mardi soir, l'Amisom avait indiqué être toujours "en train de d'évaluer le nombre de tués et les dégâts". Selon un porte-parole de la Force, environ 150 militaires ougandais ainsi que des soldats de l'Armée nationale somalienne étaient stationnés dans cette base, située dans la région de Basse Shabelle.

Selon la note, 25 soldats somaliens ont également été tués durant l'attaque.

"Les shebab ont détruit deux ponts alentour, isolant la position, avant de lancer leur attaque sur le camp, en utilisant un véhicule suicide" contre l'entrée ; "il semble que les shebab aient ensuite lancé une vague d'assaut avec environ 200 combattants", selon la note adressée aux diplomates.

"L'Amisom avait récemment retiré son armement lourd (tanks et artillerie) de la position pour l'utiliser ailleurs sur le théâtre des opérations", soulignent les auteurs, déplorant qu'un "ciel bas et des obstacles à l'atterrissage" et le fait que les appareils de combat des aviations kényane et éthiopienne étaient "indisponibles au moment de l'attaque" aient empêché l'envoi de renforts et un soutien aérien.

L'Amisom, dont les 22.000 hommes épaulent les forces progouvernementales somaliennes, a chassé les shebab de Mogadiscio en 2011 et depuis de l'ensemble des localités d'importance qu'ils contrôlaient dans le sud et le centre somalien.

Les islamistes contrôlent néanmoins toujours de larges zones rurales du pays, plongé dans le chaos et privé de véritable État central depuis le début des années 1990. Confrontés à une puissance de feu supérieure, ils ont abandonné le combat conventionnel pour les actions de guérilla, des attentats-suicides et des attaques complexes, certains jusqu'au coeur de Mogadiscio.

Fin juin, les shebab avaient attaqué une base burundaise de l'Amisom à Lego, dans le sud somalien. L'Amisom et le gouvernement burundais avaient reconnu des pertes sans donner de bilan précis. Des témoins avaient fait état de dizaines de morts, certains avançant le chiffre de plus de 50.

AFP

Ses derniers articles: Burkina: deux commissariats attaqués par des "jihadistes" (sources concordantes)  Fatigués et affamés, les Sud-Soudanais se réfugient au Soudan  RDC: l'épiscopat redoute un plan pour "empêcher" les élections 

soldats

AFP

Niger: 16 soldats tués mercredi, la France apporte son soutien

Niger: 16 soldats tués mercredi, la France apporte son soutien

AFP

Nigeria: sept soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

Nigeria: sept soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

AFP

Niger: 15 soldats tués dans une "attaque terroriste"

Niger: 15 soldats tués dans une "attaque terroriste"

tués

AFP

Est de la RDC: 25 civils tués dans une attaque

Est de la RDC: 25 civils tués dans une attaque

AFP

Nigeria: huit soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

Nigeria: huit soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

AFP

Centrafrique: 20 tués en six jours d'affrontements entre groupes armés

Centrafrique: 20 tués en six jours d'affrontements entre groupes armés