mis à jour le

Libye: l'EI revendique l'attentat contre le siège d'une compagnie pétrolière

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué mardi l'attentat à la voiture piégée perpétré la veille à Tripoli près du siège de la compagnie Mellitah Oil and Gas, dans lequel une personne a été blessée.

Dans un communiqué sur Twitter, l'organisation jihadiste a indiqué que "l'un de ses groupes a visé le siège de la compagnie pétrolière et gazière Mellitah à l'aide d'une voiture (piégée) dans le secteur de Dhahra au centre-ville de Tripoli".

Une personne au moins a été blessée dans l'explosion de la voiture piégée lundi à quelques mètres des bureaux de la compagnie Mellitah Oil&Gas, une joint-venture entre le géant italien ENI et la compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) avait indiqué un responsable de sécurité de Tripoli.

Dans la même rue se trouvent une succursale de la banque gouvernementale Al-Jumhouriya et un bureau de la poste libyenne, ainsi que plusieurs ambassades dont celles d'Arabie saoudite et des Pays-Bas.

L'attentat a causé des dégâts dans l'immeuble abritant les bureaux de Mellitah Oil and Gas ainsi que dans celui de la banque et d'autres bâtiments environnants.

Dans un communiqué publié sur son site, la compagnie nationale libyenne de pétrole a indiqué que cet attentat "n'a fait aucune victime parmi les employés de la compagnie Mellitah (...) et les dégâts matériels ne sont pas importants, affectant uniquement les vitres de la façade nord-ouest du bâtiment".

La NOC souligne également que "l'attentat n'affectera pas les activités de la compagnie" et appelle "les autorités compétentes à faire tout le nécessaire pour identifier les responsables de cet attentat".

En proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est livrée aux milices et compte aujourd'hui deux Parlements et deux gouvernements qui se disputent le pouvoir. L'un est basé à Tripoli, capitale tombée aux mains d'une coalition de milice à l'été 2014, et l'autre à Al-Bayda, ce dernier étant le seul reconnu par la communauté internationale.

Profitant de la situation anarchique, des groupes armés se sont implantés dans des régions du pays, notamment l'organisation Etat islamique (EI) qui s'est emparé en juin de la ville de Syrte, à 450 km à l'est de Tripoli.

Le groupe extrémiste a revendiqué plusieurs attentats ces derniers mois à Tripoli, ayant visé pour la plupart des ambassades, même si celles-ci sont fermées depuis un an.

 

AFP

Ses derniers articles: CAN: la RDC surprend le Maroc et prend les commandes  CAN: la Côte d'Ivoire cale, la RD Congo en profite  CAN: la Côte d'Ivoire piétine face au Togo