mis à jour le

Somalie: les shebab attaquent une base de l'Union africaine

Les islamistes somaliens shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont attaqué tôt mardi une base de l'Amisom, dans le sud de la Somalie, où la situation restait confuse, la force africaine niant en avoir perdu le contrôle comme l'ont affirmé les shebab et des témoins qui ont fait état de lourdes pertes.

"L'Amisom confirme que la base est toujours sous son contrôle. Les informations selon lesquelles la base a été prise et nos armes emportées sont fausses", a indiqué la force africaine sur Twitter, sans donner d'autre détail, ni sur ses éventuelles pertes ni sur la poursuite ou l'arrêt des combats.

Les shebab ont revendiqué l'attaque dans un bref communiqué : "Les moudjahidine se sont emparés de la base, frappée par un kamikaze; l'ennemi a fui".

Mohamed Shire, un responsable militaire somalien de la zone, a fait état d'une "forte explosion" suivie de "combats à l'intérieur de la base de l'Amisom à Janale", à 80 km au sud-ouest de Mogadiscio, dans la région de Basse-Shabelle, affirmant ne pas avoir d'autres détails.

Des habitants de Janale ont affirmé que les shebab s'étaient rendus maîtres de la base, désertée par les soldats de l'Union africaine (UA), et ont fait état de dizaines de tués dans les rangs de l'Amisom.

"De nombreux habitants ont pénétré dans le camp après la fuite des soldats de l'UA et l'ont pillé avec les shebab qui chargeaient les cadavres" dans un camion, "j'ai vu près de 30 soldats tués durant les combats", a expliqué Hussein Idris, un témoin.

Des contingents burundais et ougandais sont déployés dans la région de Basse-Shabelle et il n'a pas été possible dans l'immédiat de savoir quelle était la nationalité des soldats dans la base, ni leur effectif.

Un autre témoin, Ahmed Ali, a indiqué avoir vu 20 cadavres de soldats africains et a ajouté que les combattants shebab s'étaient "emparés des armes et des munitions" de la base.

"Le contingent en entier a pris la fuite après que les combattants ont pénétré dans le camp (...) des centaines de shebab se sont emparés de l'armement" de la base, a affirmé un chef traditionnel Mohamed Warsame.

Fin juin, les shebab avaient attaqué une base burundaise de l'Amisom à Lego, dans la région de Bay, à la limite de celle de la Basse-Shabelle. L'Amisom et le gouvernement burundais avaient reconnu des pertes mais n'avaient donné aucun bilan précis. Des témoins avaient fait état de dizaines de morts, certains avançant le chiffre de plus de 50.

Confrontés à la puissance de feu supérieure de l'Amisom qui épaule les forces progouvernementales en Somalie, les shebab ont été chassés de Mogadiscio en août 2011 et depuis de l'ensemble des localités d'importance qu'ils tenaient.

Mais ils contrôlent néanmoins toujours de larges zones rurales du sud du pays et ont abandonné le combat conventionnel pour les actions de guérilla, attentats suicide et attaques complexes, certains jusqu'au coeur de Mogadiscio.

 

AFP

Ses derniers articles: Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale  Le nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo, un avocat libéral et persévérant  Gambie: l'UA condamne le revirement du président Jammeh 

shebab

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie

AFP

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

AFP

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab