mis à jour le

Guinée-Bissau: l'armée a promis de rester neutre dans la crise politique

L'armée s'est engagée formellement à rester neutre et à obéir au pouvoir civil dans la grave crise politique que connaît la Guinée-Buissau, a indiqué vendredi un haut responsable de l'ONU.

Le représentant spécial de l'ONU dans le pays Miguel Trovoada a indiqué au Conseil de sécurité qu'il avait rencontré récemment le chef d'état-major général et les commandants des trois branches des forces armées.

"Les militaires ont affirmé avec force qu'ils sont décidés à se tenir totalement à l'écart de la scène politique et à observer une attitude républicaine de soumission au pouvoir civil et d'obéissance à la constitution", a-t-il souligné.

La Guinée-Bissau est une ex-colonie portugaise de 1,6 million d'habitants. Depuis son indépendance du Portugal en 1974, elle a connu plusieurs coups d'Etat, réussis ou avortés, dans lesquels les militaires ont souvent joué un rôle prépondérant.

La pays est aujourd'hui confronté à une crise politique au sommet de l'Etat, après la destitution le 12 août par le président José Mario Vaz de son Premier ministre Domingos Simoes Pereira. Le nouveau chef du gouvernement Baciro Dja, nommé le 20 août, est contesté par l'Assemblée nationale qui réclame son départ.

Les trois hommes sont membres du même parti, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC).

M. Trovoada a affirmé que cette crise ne remettait pas en cause pour l'instant le soutien de la communauté internationale à la Guinée-Bissau, en particulier les quelque 1,2 milliard de dollars promis pour le développement du pays jusqu'en 2020 par une conférence des donateurs tenue en mars dernier à Bruxelles.

Mais il a averti "qu'un scenario de crises à répétition, sans paix ni stabilité durable" mettrait en danger ce soutien.

L'ambassadeur de Guinée-Bissau Joao Soares Da Gama a appelé le Conseil à "ne pas abandonner le population de Guinée-Bissau", tout en disant "comprendre la frustration de nos partenaires".

"Le soutien de la communauté internationale en faveur d'une résolution pacifique de cette crise est très important", a-t-il affirmé.

Il a fait valoir "le calme dont a fait preuve jusqu'à maintenant la population", ainsi que la "neutralité manifestée jusqu'ici par les militaires dans les crises politiques". "Nous espérons qu'ils maintiendront cette attitude de non ingérence", a-t-il ajouté.

AFP

Ses derniers articles: Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef  Le Gabon dénonce un "acharnement" après la résolution du Parlement européen  Les musiciens Amadou et Mariam plus unis que jamais dans "La Confusion" 

crise

AFP

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)

AFP

A l'ONU, la Centrafrique en crise craint de retomber dans l'oubli

A l'ONU, la Centrafrique en crise craint de retomber dans l'oubli

AFP

Un pilier du pouvoir togolais décède d'une crise cardiaque

Un pilier du pouvoir togolais décède d'une crise cardiaque

l'armée

AFP

Lesotho: le roi appelle

Lesotho: le roi appelle

AFP

Mali: deux jihadistes présumés tués par l'armée française

Mali: deux jihadistes présumés tués par l'armée française

AFP

Nigeria: le Biafra sous couvre-feu, après des heurts violents avec l'armée

Nigeria: le Biafra sous couvre-feu, après des heurts violents avec l'armée

politique

AFP

Côte d'Ivoire: turbulence sécuritaire ou instabilité politique croissante

Côte d'Ivoire: turbulence sécuritaire ou instabilité politique croissante

AFP

Le Togo, une exception

Le Togo, une exception

AFP

Au Lesotho, les liaisons dangereuses entre l'armée et le politique

Au Lesotho, les liaisons dangereuses entre l'armée et le politique