mis à jour le

Mozambique: assassinat d'un journaliste

Paulo Machava, un journaliste d'investigation criminelle mozambicain, a été assassiné vendredi matin par des hommes armés en plein centre de Maputo, a confirmé la police lors d'une conférence de presse dans l'après-midi sans préciser si ce meurtre était lié à ses activités professionnelles. 

"Un groupe d'individus armés ont tiré mortellement sur le citoyen Paulo Machava avant de prendre la fuite", a déclaré Arnaldo Chefe, le porte-parole de la police.

Les assaillants étaient à bord d'un pick-up blanc et auraient tiré entre 4 et 6 coups de feu, d'après les informations préliminaires recueillies sur place par la police.

Les forces de l'ordre ont été alertées vendredi matin par un appel anonyme au sujet d'un corps inanimé gisant sur l'une des artères principales de la capitale mozambicaine.

"Il a été tué entre 5h30 et 6h00 du matin alors qu'il se préparait pour aller au journal", a précisé à l'AFP Fernando Machava, le neveu de la victime.

Âgé d'une cinquantaine d'années, la victime faisait son jogging quotidien près de son domicile avant de se rendre au travail, ce qui alimente la thèse d'un assassinat prémédité, selon des membres de la famille interrogée par la télévision privée STV.

Paulo Machava était un journaliste expérimenté et l'éditeur d'un journal électronique Diario de Noticias. Il avait auparavant travaillé comme rédacteur-en-chef de l'hebdomadaire indépendant de référence Savana.

"Paulo était connu comme le premier journaliste à couvrir les affaires criminelles au Mozambique, et avait beaucoup d'informateurs parmi la police". a commenté à l'AFP son ancien collègue Paulo Machicane rappelant qu'il avait aussi animé "Onda Matinale", une émission très populaire sur la radio d'État, Radio Moçambique, il y a plus de dix ans. 

"Ce meurtre pourrait ne pas être lié à son activité de journaliste. Il était plus discret ces dernières années et son journal n'abordait pas tellement de cas polémiques", a confié à l'AFP le rédacteur en chef de l'agence Mediafax, Fernando Mbanze, qui a également travaillé avec lui.

Selon la police, le mode opératoire rappelle l'assassinat en mars 2015 du Franco-Mozambicain Gilles Cistac, un juriste critique du pouvoir, également abattu en pleine rue. 

Six mois après, cet assassinat n'a toujours pas été résolu, comme la plupart des meurtres de type mafieux au Mozambique.

 

AFP

Ses derniers articles: Afrique du sud: cinq arrestations dans l'affaire du meurtre du capitaine de la sélection de foot  Burkina: victimes des jihadistes, des déplacés rêvent d'un toit ou d'une "bonne tente"  Tanzanie: ni la prison ni les balles n'ont découragé l'opposant Tundu Lissu 

assassinat

AFP

RDC: assassinat d'un animateur radio impliqué dans la lutte anti-Ebola

RDC: assassinat d'un animateur radio impliqué dans la lutte anti-Ebola

AFP

RDC: assassinat de deux responsables communautaires de la prévention anti-Ebola

RDC: assassinat de deux responsables communautaires de la prévention anti-Ebola

AFP

Assassinat de deux Scandinaves au Maroc: peine de mort requise contre trois accusés

Assassinat de deux Scandinaves au Maroc: peine de mort requise contre trois accusés

journaliste

AFP

#FreeKhaled: RSF dévoile une bâche géante

#FreeKhaled: RSF dévoile une bâche géante

AFP

Algérie: les avocats du journaliste Khaled Drareni se pourvoient en cassation

Algérie: les avocats du journaliste Khaled Drareni se pourvoient en cassation

AFP

Maroc: le journaliste Omar Radi, détenu depuis fin juillet, chez le juge d'instruction

Maroc: le journaliste Omar Radi, détenu depuis fin juillet, chez le juge d'instruction

Maputo

AFP

Le long périple d'un fidèle mozambicain venu voir le pape

Le long périple d'un fidèle mozambicain venu voir le pape

AFP

Le groupe Etat islamique affirme participer

Le groupe Etat islamique affirme participer

AFP

Pretoria va extrader

Pretoria va extrader