mis à jour le

Pluie d'hommages

Autorités, artistes, religieux et diplomates ont rendu hommage à Doudou Ndiaye Rose, chef percussionniste célèbre à travers le monde, à l'occasion de ses funérailles jeudi, au lendemain de son décès à Dakar à l'âge de 85 ans.

Les obsèques de Mamadou dit Doudou Ndiaye Rose, énergique maître tambour respecté qui a été inhumé jeudi en début d'après-midi, ont rassemblé une foule nombreuse dans le quartier des HLM, où il résidait, selon les médias locaux. 

Y ont assisté de nombreux représentants du gouvernement dirigés par le Premier ministre Mohamed Dionne, ainsi que le président de l'Assemblée nationale Moustapha Niasse et le chanteur vedette Youssou Ndour, par ailleurs ministre conseiller du chef de l'État Macky Sall.

Après l'annonce de son décès, survenu mercredi à la suite d'un malaise, Youssou Ndour avait déploré "une grosse perte pour le Sénégal". "Il a beaucoup fait pour moi" et a apporté le même soutien à "tous les autres artistes", a-t-il dit à l'antenne de TFM, sa chaîne de télévision.

Le ministre sénégalais de la Communication et de la Culture, Mbagnick Ndiaye, lui a rendu hommage "pour le travail gigantesque" abattu "pour le rayonnement de la culture sénégalaise".

"Avec sa disparition, notre pays perd un monument, un artiste talentueux, un virtuose du tam-tam qui a marqué, de manière indélébile, la scène artistique", a-t-il dit dans un communiqué.

L'Archevêque de Dakar, Monseigneur Benjamin Ndiaye, s'est "incliné pieusement devant la mémoire de ce grand Sénégalais qui a porté la culture sénégalaise à travers le monde en bon ambassadeur", dans un communiqué distinct diffusé par l'archidiocèse de Dakar.

"Je salue également sa grande contribution au dialogue islamo-chrétien à travers son amitié et sa collaboration avec Julien Jouga (célèbre chef de choeur chrétien décédé) dont il a accompagné la chorale et favorisé son rayonnement", a déclaré Mgr. Ndiaye.

L'ambassadeur du Japon au Sénégal, Takashi Kitahara, au nom de son personnel ainsi que de la coopération japonaise Jica, a fait état de sa "profonde douleur" à la suite de la disparition de Doudou Ndiaye Rose, qui était pour tous un "grand ami et collaborateur" dans un communiqué jeudi.

"Doudou Ndiaye Rose" selon la même source, "a commencé à collaborer avec l'ambassade (japonaise à Dakar) depuis sa première visite au Japon en 1978. Il a été décoré par le Japon" de plusieurs distinctions "en reconnaissance de sa contribution remarquable à la promotion de la Culture, de l'amitié et de la compréhension" entre le Sénégal et le Japon.

 

- "Émotion et tristesse" -

 

Dans un récent entretien avec le quotidien privé sénégalais L'Enquête, M. Ndiaye avait révélé s'être rendu "17 fois au Japon juste pour faire découvrir aux Japonais la culture sénégalaise".

Hommage également de l'ancien président sénégalais (1980-2001) et ex-secrétaire général de la Francophonie (2003-2014) Abdou Diouf, qui a écrit sur sa page officielle Facebook: "Émotion et tristesse suite au rappel à Dieu de notre tambour major" Doudou Ndiaye Rose.

"Il a été tout au long de sa vie un camarade et un soutien d'une grande loyauté. A travers son art, ses percussions et ses chorégraphies, il a porté très haut les couleurs de notre pays et de tout un continent à travers le monde", a-t-il ajouté.

Plusieurs artistes, sans distinction d'âges et de style, ont aussi salué la mémoire du disparu dans des déclarations relayées par divers médias. 

Ainsi du chanteur-musicien Ismaël Lô, pour qui Doudou Ndiaye Rose "a su propager partout les rythmes africains et sénégalais". Baaba Maal, chanteur et artiste, a salué "un monument de la Culture et de la musique" ayant travaillé "avec de grandes personnalités du monde de la musique et du cinéma". La chanteuse Coumba Gawlo Seck s'est dite "meurtrie"...

Doudou Ndiaye Rose a aussi été mis à la Une par toute la presse locale, qui lui a consacré de nombreux articles.

Né le 28 juillet 1930 à Dakar, le batteur - plombier de formation - qui aimait se faire appeler Doudou Ndiaye Coumba Rose en hommage à sa mère, est issu d'une famille de griots.

Il avait été classé "Trésor humain vivant" par l'Unesco en 2006, en même temps que d'autres compatriotes célèbres, distinction réservée aux détenteurs "des savoirs ou savoir-faire dont ils sont les acteurs stratégiques de transmission".

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

chef

AFP

Mali: le procès du chef de l'ex-junte  Sanogo renvoyé

Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé

AFP

L'Ougandais Ongwen, l'enfant-soldat devenu chef sanguinaire

L'Ougandais Ongwen, l'enfant-soldat devenu chef sanguinaire

AFP

Gambie: la justice ordonne la libération sous caution du chef de l'opposition

Gambie: la justice ordonne la libération sous caution du chef de l'opposition

Sénégalais

AFP

Le célèbre sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Le célèbre sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

AFP

Transfert: le Sénégalais Papiss Cissé (Newcastle) part en Chine

Transfert: le Sénégalais Papiss Cissé (Newcastle) part en Chine

AFP

Affaire Karim Wade: 27 millions d'euros restitués

Affaire Karim Wade: 27 millions d'euros restitués