mis à jour le

Zimbabwe: les députés valident un projet de loi pour interdire les licenciements arbitraires

L'Assemblée nationale zimbabwéenne a approuvé mardi soir la proposition de loi du gouvernement d'interdire les licenciements massifs qui touchent les entreprises publiques et privées du pays suite à une décision rendue par la Cour Suprême, le mois dernier.  

Mercredi, le quotidien gouvernemental The Herald a rapporté que la loi devait désormais simplement recevoir le feu vert du Sénat pour être validée. 

Cette loi a été votée alors que la municipalité de la capitale Harare vient de licencier 3.000 employés pour alléger sa masse salariale. 

"Au moins 3.000 employés de la ville d'Harare vont recevoir leurs lettres de licenciement avec un préavis de trois mois aujourd'hui (mercredi), comme l'autorise l'arrêt de la Cour Suprême", note The Herald. 

Ce nouveau licenciement massif fait partie d'une longue série qui frappe les entreprises publiques et privées du Zimbabwe depuis que la Cour Suprême a rendu un arrêt autorisant les employeurs à renvoyer des salariés, à condition de donner un préavis de trois mois.   

Les syndicats estiment qu'au moins 18.000 emplois ont été supprimés depuis la décision de la Cour Suprême. 

Plusieurs entreprises en proie à de profondes difficultés financières en ont profité pour dégraisser, et parmi elles la radio-télévision nationale Zimbabwe Broadcasting Corporation, qui a licencié 300 personnes jeudi, ou encore l'opérateur téléphonique Econet. 

Vendredi, le gouvernement avait déposé un projet de loi visant à modifier le code du travail zimbabwéen pour interdire purement et simplement les licenciements arbitraires.

"Aucun employeur ne pourra mettre fin à un contrat sans un accord mutuel écrit avec l'employé", précise le texte.

Le gouvernement veut également forcer les employeurs souhaitant licencier à le signifier à l'avance au comité d'entreprise ainsi qu'à un organisme gouvernemental qui décidera si les licenciements sont justifiés ou non. 

Le Sénat devrait valider jeudi le texte de loi avant que le Président Mugabe ne signe sa promulgation. 

L'économie du Zimbabwe est en crise profonde depuis le début des années 2000, après la réforme agraire du président Mugabe, qui a brisé un secteur-clé de l'économie du pays.

Les lois d'indigénisation, qui exigent que la majorité des parts des entreprises soient détenues par des Zimbabwéens, sont également critiquées car elles feraient fuir les investisseurs étrangers.

AFP

Ses derniers articles: Mali: démission du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga (officiel)  Libye: le ministère de l'Intérieur accuse Paris de soutenir le maréchal Haftar  RDC: 13 morts, 114 disparus dans un naufrage dans l'est 

arbitraires

AFP

Ethiopie: Amnesty dénonce des arrestations arbitraires de masse

Ethiopie: Amnesty dénonce des arrestations arbitraires de masse

AFP

RDC: les défenseurs des droits humains dénoncent les détentions arbitraires

RDC: les défenseurs des droits humains dénoncent les détentions arbitraires

AFP

Washington accuse le Rwanda de procéder

Washington accuse le Rwanda de procéder

députés

AFP

Les Bissau-Guinéens élisent leurs députés pour solder une interminable crise politique

Les Bissau-Guinéens élisent leurs députés pour solder une interminable crise politique

AFP

Le président sud-africain devant les députés avant les élections

Le président sud-africain devant les députés avant les élections

AFP

Des députés sud-africains s'attaquent

Des députés sud-africains s'attaquent

loi

AFP

En Mauritanie, une loi contre les violences envers les femmes fait mauvais genre

En Mauritanie, une loi contre les violences envers les femmes fait mauvais genre

AFP

Afrique du Sud: promulgation d'une loi sur le financement des partis

Afrique du Sud: promulgation d'une loi sur le financement des partis

AFP

La Tunisie vote sa première loi contre le racisme

La Tunisie vote sa première loi contre le racisme