mis à jour le

Guinée-Bissau: les partisans du Premier ministre destitué se mobilisent

Les partisans de Domingos Simoes Pereira, Premier ministre de Guinée-Bissau limogé le 12 août, et une coalition de syndicats ont appelé dimanche à une série de protestations à partir de lundi dans le pays pour obtenir sa reconduction à son poste par le président José Mario Vaz.

De son côté, la présidence bissau-guinéenne a invité les fonctionnaires "à se présenter à leur lieu de travail lundi", soulignant dans un communiqué que "malgré la dissolution du gouvernement (...), le travail se poursuit dans l'administration publique". Elle n'a pas fait référence aux appels à protester.

Par décret pris le 12 août, le président José Mario Vaz a destitué le gouvernement de Domingos Simoes Pereira, qui était son Premier ministre depuis juin 2014, en arguant d'une "crise de confiance au sommet de l'Etat" nuisant au "bon fonctionnement des institutions".

Selon leurs entourages, les deux hommes ne s'entendaient pas depuis plusieurs mois sur la manière de diriger le pays.

Le 13 août, M. Pereira a contesté ce limogeage, en se fondant sur la Constitution selon laquelle le poste de Premier ministre revient au chef du parti vainqueur des législatives.

MM. Vaz et Pereira sont membres du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), majoritaire à l'Assemblée nationale issue des législatives de 2014 avec 57 députés sur 102.

M. Pereira est le président du PAIGC, formation historique qui a formellement proposé vendredi au président Vaz sa reconduction au poste de Premier ministre, tout en multipliant les discussions en interne. 

"Nous attendons toujours la réponse du président" à cette proposition, a affirmé un membre du bureau politique du PAIGC dimanche soir à l'AFP sous couvert d'anonymat.

Pour obtenir la reconduction de M. Pereira, ses partisans, vêtus de T-shirts à son effigie et munis de mégaphones, ont parcouru dimanche les rues de Bissau, la capitale, à bord de camions podiums, appelant "les militants et sympathisants à une marche lundi à partir de 14H00 (locales et GMT), a constaté un journaliste de l'AFP.

Ils les ont invités à "sortir massivement, dans l'ordre et la discipline", avec comme lieu d'arrivée de la marche le Palais présidentiel.

Filomeno Cabral, président d'une intersyndicale regroupant une trentaine d'associations professionnelles du public et du privé, a annoncé à quelques journalistes, dont un de l'AFP, le lancement à partir de lundi d'une campagne destinée à "paralyser l'Administration" jusqu'à ce que M. Pereira soit reconduit à son poste.

"Nous allons commencer une campagne de désobéissance dès lundi, en refusant d'aller au travail, jusqu'à ce que le président (Vaz) revienne à de meilleurs sentiments", a déclaré M. Cabral.

AFP

Ses derniers articles: Togo : trois morts dans des heurts avec les forces de l'ordre (opposition)  Heurts entre manifestants et forces de l'ordre  L'Afrique doit doubler ses investissements dans les infrastructures 

ministre

AFP

Cameroun: le Premier ministre en zone anglophone pour "dialoguer"

Cameroun: le Premier ministre en zone anglophone pour "dialoguer"

AFP

Somalie: démissions sans explication du ministre de la Défense et du chef de l'armée

Somalie: démissions sans explication du ministre de la Défense et du chef de l'armée

AFP

Pistolets, football et "dégagés": un ex ministre se souvient de Sankara

Pistolets, football et "dégagés": un ex ministre se souvient de Sankara

partisans

AFP

Maroc: le procès des partisans du mouvement de contestation

Maroc: le procès des partisans du mouvement de contestation

AFP

Maroc: des partisans du mouvement de contestation devant la justice

Maroc: des partisans du mouvement de contestation devant la justice

AFP

Nigeria: un policier tué et 32 partisans pro-Biafra arrêtés dans le sud-est

Nigeria: un policier tué et 32 partisans pro-Biafra arrêtés dans le sud-est