mis à jour le

Soudan du Sud: reprise des négociations

Des dirigeants de pays d'Afrique de l'Est participent dimanche à Addis Abeba aux pourparlers de paix sur le Soudan du Sud pour tenter d'arracher un accord aux belligérants, soumis à une forte pression internationale et risquant des sanctions en cas d'échec.

Le gouvernement du Soudan du Sud et les rebelles ont jusqu'à lundi pour signer un accord afin de mettre fin à vingt mois de guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts.

Samedi, le gouvernement du Soudan du Sud a affirmé qu'il continuerait à négocier avec la rébellion pour obtenir un accord de paix d'ici au 17 août, mais que le président Salva Kiir ne participerait pas directement à ces pourparlers.

"Nous sommes toujours engagés dans les efforts de paix, qui se poursuivent", avait déclaré à l'AFP le porte-parole de la présidence, Ateny Wek Ateny, ajoutant que le vice-président du Soudan du Sud, James Wani Igga, remplacerait M. Kiir à la réunion d'Addis Abeba dimanche.

Vendredi, un haut-responsable gouvernemental avait annoncé la suspension de ces pourparlers en cours dans la capitale éthiopienne. Pour justifier ce retrait, ce responsable avait mis en avant les dissensions actuelles au sein de la rébellion. 

Selon le porte-parole du président Kiir, "les médiateurs doivent prendre en compte la rupture entre les rebelles, afin que le gouvernement sache qui a le contrôle des zones rebelles". 

"Il ne s'agit pas d'un problème politique, mais d'être en lien avec les commandants sur le terrain", a assuré M. Ateny.

En début de semaine, plusieurs chefs rebelles, dont Peter Gadet, chef de guerre frappé début juillet par des sanctions de l'ONU, avaient annoncé faire scission de la rébellion.

La guerre civile au Soudan du Sud a débuté en décembre 2013, dans la capitale Juba, lorsque Salva Kiir, un Dinka, a accusé son vice-président nuer Riek Machar, tout juste limogé, de fomenter un coup d'Etat. Les violences, à forte connotation ethnique, ont fait depuis lors des dizaines de milliers de morts, avec de terribles atrocités contre les civils, dans un pays déjà accablé par la pauvreté.

Après la signature de sept cessez-le-feu, aussi vite violés qu'ils avaient été signés, ces dernières discussions sous supervision des médiateurs régionaux de l'organisation intergouvernementale est-africaine (Igad) apparaissaient comme la plus sérieuse opportunité pour les belligérants de mettre fin au conflit qui ensanglante le plus jeune pays du monde, dont l'indépendance avait été célébrée dans l'enthousiasme en juillet 2011.

Le dernier round de négociations s'était ouvert le 6 août sous la médiation de l'Igad, de l'ONU, de l'Union Africaine, de la Chine et de la "troika" composée de la Grande-Bretagne, de la Norvège et des Etats-Unis.

L'Igad a reçu le soutien de poids du président américain Barack Obama, lors de sa récente visite en Ethiopie, et a donné jusqu'au 17 août pour trouver un accord, faisant planer la menace de sanctions contre les deux camps.

 

 

"Conséquences sérieuses "

 

Des diplomates ont mis en garde contre tout échec dans la signature d'un accord de pays, menaçant les parties rivales "de conséquences sérieuses".

"Nous attendons des parties représentées à Addis Abeba (...) qu'elles négocient avec bonne foi et signent un accord", ont déclaré l'IGAD et des médiateurs internationaux dans un communiqué.

Le ministre britannique pour l'Afrique, Grant Shapps, a brandi vendredi d'éventuelles "sanctions ciblées" et évoqué un embargo sur les armes si aucun accord n'est trouvé entre les belligérants.

Le président ougandais Yoweri Museveni, qui a envoyé des troupes au Soudan du Sud pour soutenir le président Kiir, a déclaré dimanche dans un communiqué avoir eu des entretiens à huis clos avec le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn et le président soudanais Omar el-Béchir.

Le président kényan Uhuru Kenyatta s'est également rendu dimanche à Addis Abeba, a indiqué de son côté le gouvernement kényan.

Plus de 70 % de la population sud-soudanaise (12 millions d'habitants) a besoin d'une assistance humanitaire, et 2.2 millions de personnes ont fui leurs foyers, selon l'ONU qui a fait état d'une risque de famine dans certaines zones.

AFP

Ses derniers articles: Attentat au Nigeria: une kamikaze portait un bébé sur son dos  CAN: Algérie, chronique d'un gâchis redouté  CAN: Benatia (Maroc), "capitaine fracasse" 

négociations

AFP

Maroc: les négociations pour former un gouvernement dans l'impasse

Maroc: les négociations pour former un gouvernement dans l'impasse

AFP

Maroc: nouvelles négociations pour la formation du gouvernement

Maroc: nouvelles négociations pour la formation du gouvernement

AFP

RDC: ultimes négociations pour sortir de la crise politique

RDC: ultimes négociations pour sortir de la crise politique

reprise

AFP

CPI: reprise du procès de l'un des chefs de la sanguinaire rébellion LRA

CPI: reprise du procès de l'un des chefs de la sanguinaire rébellion LRA

AFP

RD Congo: reprise timide des activités au lendemain de violences

RD Congo: reprise timide des activités au lendemain de violences

AFP

Côte d'Ivoire/procès Simone Gbagbo : reprise le 10 janvier

Côte d'Ivoire/procès Simone Gbagbo : reprise le 10 janvier

Soudan

AFP

Soudan du Sud: l'ONU votera vendredi concernant un embargo sur les armes

Soudan du Sud: l'ONU votera vendredi concernant un embargo sur les armes

AFP

Soudan du Sud: l'ONU dénonce les violences sexuelles et ethniques

Soudan du Sud: l'ONU dénonce les violences sexuelles et ethniques

AFP

Les tribulations d'un aviateur casse-cou au Soudan du Sud

Les tribulations d'un aviateur casse-cou au Soudan du Sud