mis à jour le

RDC: Reporters sans Frontières dénonce des "pressions politiques"

Reporters sans Frontières (RSF) a dénoncé vendredi des "pressions politiques" exercées sur les journalistes congolais alors que leur pays s'achemine vers une présidentielle à laquelle la Constitution interdit le chef de l'Etat Joseph Kabila de participer.

RSF et son antenne congolaise Journaliste en danger (JED) sont "préoccupés par la détérioration du climat de travail" des journalistes en République démocratique du Congo, qui se prépare notamment pour un cycle d'élections censé commencer en octobre, écrivent-ils dans un communiqué. 

"Menaces, arrestations arbitraires, saisies de matériel, directives hiérarchiques sur les journalistes: qu'ils soient publics, d'opposition ou indépendants, les médias et journalistes congolais subissent tous le poids des pressions politiques" à Kinshasa et ailleurs dans le pays, ajoutent-ils. 

Les organisations rapportent que les journalistes de la Radio-Télévision Nationale Congolaise (RTNC, publique), qui relaie quotidiennement les activités du président Kabila et du gouvernement, s'auto-censurent pour ne pas perdre leur travail.

Ces dernières jours, des détracteurs du président ont qualifié la couverture par la RTNC d'inaugurations de travaux publics (pont, routes, locomotives...) de pré-campagne déguisée pour M. Kabila. 

"Nous diffusons l'information normalement", a pour sa part dit à l'AFP une journaliste de la RTNC, qui, sous couvert de l'anonymat, a refusé d'infirmer ou de confirmer les pressions. "Mais pour les informations de l'opposition, nous écoutons le contenu avant la diffusion", s'est-elle néanmoins bornée à ajouter.

Interrogé par l'AFP, Lambert Mende, ministre des Médias, a expliqué que ses services n'avaient pas connaissance des cas de pressions signalés par RSF et JED. "Nous allons vérifier ces dénonciations et prendre les mesures qu'il faut pour protéger les journalistes", a-t-il assuré. 

Le climat politique est tendu en RDC à l'approche d'une série d'élections qui doit commencer en octobre et s'achever par la présidentielle prévue en novembre 2016.

La constitution congolaise interdit au président Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se représenter, mais l'opposition et une partie de la majorité accusent son camp d'oeuvrer à son maintien au pouvoir au-delà du délai légal.

"Il ne peut y avoir des élections libres, transparentes et apaisées, sans la liberté pour les journalistes de diffuser toutes les informations électorales importantes, et de critiquer des dysfonctionnements dans le processus sans être inquiétés", souligne Tshivis Tshivuadi, secrétaire général de JED, dans le communiqué. 

La RDC est 150e sur 180 pays au classement sur la liberté de la presse publié par RSF en février 2015. 

AFP

Ses derniers articles: Perpétuité pour Habré: "message aux dictateurs et tournant pour l'Afrique"  Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud  Burkina: ouverture et renvoi du procès du dernier gouvernement Compaoré 

élections

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

AFP

RDC: Kinshasa veut financer les élections avec des ressources "internes"

RDC: Kinshasa veut financer les élections avec des ressources "internes"

AFP

Gambie: législatives jeudi, premières élections post-Jammeh

Gambie: législatives jeudi, premières élections post-Jammeh

frontières

Free visa

L'Afrique pourrait être le premier continent muni d'un passeport unique

L'Afrique pourrait être le premier continent muni d'un passeport unique

AFP

Liberia: Sirleaf appelle

Liberia: Sirleaf appelle

AFP

Togo: fermeture des frontières terrestres pour l'élection présidentielle

Togo: fermeture des frontières terrestres pour l'élection présidentielle