mis à jour le

Burundi: le défenseur des droits de l'Homme Mbonimpa quitte le pays pour des soins

Le défenseur burundais des droits de l'Homme Pierre-Claver Mbonimpa, grièvement blessé dans une tentative d'assassinat, va quitter Bujumbura dimanche soir vers la Belgique pour y être soigné, a annoncé sa famille à l'AFP.

"Il prend l'avion ce soir pour la Belgique", a déclaré sa fille Amandine Nasagarare, précisant que l'état de santé de son père s'était amélioré.

Un porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères a confirmé dimanche à l'AFP, sans autre précision, que "M. Mbonimpa part ce soir" du Burundi "pour être soigné en Belgique".

Pierre-Claver Mbonimpa a été grièvement blessé le 3 août au soir d'une balle au visage, tirée par des inconnus à moto à Bujumbura. Craignant pour sa santé et sa sécurité s'il restait hospitalisé au Burundi, sa famille souhaitait qu'il quitte le pays dès que possible.

La justice burundaise l'avait autorisé ces derniers jours à quitter le Burundi, malgré une procédure ouverte contre lui depuis 2014 pour atteinte à la sûreté de l'Etat. La Belgique, ancienne puissance coloniale, avait immédiatement proposé de l'accueillir.

M. Mbonimpa, figure respectée de la défense des droits de l'Homme au Burundi, est poursuivi devant la justice burundaise pour avoir affirmé que des Imbonerakure - les membres de la Ligue de jeunesse du parti au pouvoir CNDD-FDD - recevaient une formation paramilitaire dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) voisine.

Il avait été remis en liberté provisoire fin septembre 2014, après quatre mois et demi de détention préventive dans cette affaire, mais il lui était interdit de quitter le pays.

M. Mbonimpa, prix Henri Dunant en 2011 pour son engagement en faveur des droits de l'Homme, dénonce depuis des années des assassinats d'opposants burundais. C'est également une figure du mouvement de contestation qui a éclaté fin avril contre un 3e mandat du président Pierre Nkurunziza, que ses adversaires jugent anticonstitutionnel.

La tentative d'assassinat de Mbonimpa a été largement interprétée comme une réponse au meurtre la veille du général Adolphe Nshimirimana, homme fort du système sécuritaire burundais, tué dans une attaque à la roquette, que M. Mbonimpa avait par le passé publiquement accusé d'être impliqué dans des exécutions extra-judiciaires.

La volonté acharnée du président Pierre Nkurunziza - élu en 2005 et réélu en 2010 - de conquérir un 3e mandat, malgré les critiques de l'opposition, de la société civile, de l'Eglise catholique et de la communauté internationale, a plongé son petit pays d'Afrique des Grands lacs dans une grave crise politique, émaillée de violences meurtrières.

AFP

Ses derniers articles: Violence homophobe: des Tunisiens témoignent dans un film inédit  Trois grands médias s'allient pour lancer InfoMigrants, site d'info pour les migrants  La Centrafrique doit rester 

defenseur

AFP

Décès de l'anthropologue Malek Chebel, défenseur d'un "islam des Lumières"

Décès de l'anthropologue Malek Chebel, défenseur d'un "islam des Lumières"

AFP

Au Maroc, le rival des islamistes aux élections se pose en défenseur des femmes

Au Maroc, le rival des islamistes aux élections se pose en défenseur des femmes

AFP

Foot: le défenseur de Nice Souleymane Diawara mis en examen et écroué

Foot: le défenseur de Nice Souleymane Diawara mis en examen et écroué

droits

AFP

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

AFP

Centrafrique: les violations des droits de l'homme en hausse, selon l'ONU

Centrafrique: les violations des droits de l'homme en hausse, selon l'ONU

AFP

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

pays

AFP

Afrique du Sud: le ministre des Finances rentre au pays

Afrique du Sud: le ministre des Finances rentre au pays

AFP

Centrafrique: la télé publique, emblème des immenses besoins du pays

Centrafrique: la télé publique, emblème des immenses besoins du pays

AFP

Nigeria et Boko Haram: 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-unis

Nigeria et Boko Haram: 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-unis