mis à jour le

Nigeria: neuf vilageois morts dans une attaque de Boko Haram

Les insurgés islamistes de Boko Haram ont tué au moins neuf villageois et ont mis le feu à leurs habitations lors d'une attaque nocturne contre deux villages du nord-est du Nigeria, ont rapporté jeudi à l'AFP des habitants ayant réussi à fuir.

Ces villageois ont raconté à l'AFP comment des dizaines de combattants armés ont fait irruption à moto et attaqué leurs villages de Tadagara et Dunbulwa, situés à environ 170 km de Damaturu, la capitale de l'Etat de Yobe.

Selon ces témoins, les neuf victimes ont été tuées à l'arme automatique dans le village de Tadagara, mercredi vers 22H30 (21H30 GMT), et les insurgés ont ensuite pillé et incendié leurs maisons.

"Des combattants de Boko Haram sont venus à moto et ils ont ouvert le feu sur notre village alors que nous étions au lit. Ils ont tués neuf personnes", a décrit à l'AFP ?Shuaibu Nuhu, un habitant de Tadagara.

"Nous avons fui dans la nature et, de là, nous avons vu les flammes envahir nos maisons incendiées par les insurgés, après les avoir pillées", a-t-il ajouté.

Les insurgés sont restés toute la nuit dans le village, en attendant la fin de pluies diluviennes, et ont ensuite fait route vers la localité voisine de Dunbulwa.

Les habitants de ce village avaient été prévenus du danger par des rescapés de Tadagara et les insurgés ont trouvé un village déserté de ses habitants à leur arrivée.

"Par chance, nous avons fui dès que nous avons entendu que des Boko Haram attaquaient Tadagara. C'est pourquoi ils ont trouvé notre village vide", a expliqué à l'AFP Sani Mai-Masara, habitant de Dunbulwa.      

"Ils (les assaillants) ont fait main basse sur la nourriture et les bidons d'essence. Puis ils ont mis le feu à nos maisons", a-t-il ajouté.

Cette double-attaque a jeté sur la route des centaines de villageois qui ont trouvé refuge dans la ville de Potiskum, à 70km de là, selon les habitants interrogés par l'AFP.

Fin juillet, 10 villageois du même État de Yobe avaient trouvé la mort dans des circonstances tout à fait similaires: attaque à moto, habitants abattus par balles, maisons pillées puis incendiées.

L'insurrection du groupe islamiste Boko Haram et sa répression par les forces de l'ordre nigérianes ont fait plus de 15.000 morts depuis 2009.

Une nouvelle vague de violences frappe le nord-est du Nigeria depuis l'investiture, le 29 mai, du président Muhammadu Buhari, qui a érigé en priorité la lutte contre les islamistes. En deux mois, plus de 800 personnes y ont été tuées.

Cette vague s'est étendue au Tchad et au Cameroun voisins, touchés à leur tour, ces dernières semaines, par des attentats-suicide meurtriers inédits sur leur sol.

Les pays du bassin du lac Tchad s'apprêtent à lancer leur nouvelle Force d'intervention conjointe multinationale (MNJTF). Le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun et le Bénin participent à cette force qui compter 8.700 hommes et dont l'entrée en action est prévue courant août selon le président nigérien Mahamadou Issoufou.

attaque

AFP

Nigeria: le spectre d'un "nouveau Chibok" après une attaque de Boko haram

Nigeria: le spectre d'un "nouveau Chibok" après une attaque de Boko haram

AFP

Kenya: la veuve d'un imam condamnée

Kenya: la veuve d'un imam condamnée

AFP

Niger: deux soldats tués dans une attaque attribuée

Niger: deux soldats tués dans une attaque attribuée

haram

AFP

Nigeria: les policiers accusés d'avoir tué le fondateur de Boko Haram réintégrés

Nigeria: les policiers accusés d'avoir tué le fondateur de Boko Haram réintégrés

AFP

Nigeria/procès: majorité de membres présumés de Boko Haram libérés

Nigeria/procès: majorité de membres présumés de Boko Haram libérés

AFP

Un attentat suicide attribué

Un attentat suicide attribué

morts

AFP

Mozambique: 14 morts dans l'effondrement d'une décharge

Mozambique: 14 morts dans l'effondrement d'une décharge

AFP

RDC: cinq morts dans un accident du cortège du président Kabila

RDC: cinq morts dans un accident du cortège du président Kabila

AFP

Guinée: 2 morts dans des heurts entre manifestants et forces de l'ordre

Guinée: 2 morts dans des heurts entre manifestants et forces de l'ordre