mis à jour le

Rumeurs sur la mort d'un autre lion du parc zimbabwéen de Hwange

Après le scandale de la mort du lion Cecil abattu par un chasseur américain aux abords du parc national zimbabwéen de Hwange, des informations contradictoires ont circulé samedi sur le sort d'un autre lion de ce parc, une ONG affirmant qu'il était mort, une autre le démentant.

"C'est avec un dégoût et une tristesse immenses que nous venons d'apprendre que Jericho, le frère de Cecil, a été tué a 16H00 (14H00 GMT) aujourd'hui" samedi, a écrit sur sa page Facebook l'ONG Zimbabwe Conservation Task Force sans donner de sources et sans fournir de détails.

L'AFP n'est pas parvenue samedi soir à joindre la direction du parc national de Hwange.

L'annonce diffusée par l'ONG a aussitôt enflammé la Toile et les médias anglosaxons qui se passionnent depuis des jours pour le safari scandaleux du riche chasseur américain.

Jusqu'à ce qu'une autre association, les Amis de Hwange, ne fasse ressusciter Jericho. "Merci de noter que les informations selon lesquelles Jericho -l'autre lion mâle dominant du groupe de Cecil- a été abattu aujourd'hui semblent FAUSSES", a indiqué cette fondation. 

Zimbabwe Conservation Task Force, qui a sonné le tocsin pour la mort de Jericho, travaille avec de nombreux informateurs sur le terrain à la fiabilité parfois douteuse. 

Si l'association avait bien annoncé la mort de Cecil, un vieux mâle à crinière noire né dans la réserve de Hwange dont il était la grande attraction, sa version des circonstances de cette chasse sont totalement contestées par l'organisateur du safari. 

L'association avait ainsi affirmé que les chasseurs avaient appâté le lion en pleine nuit pour l'attirer hors de la réserve de Hwange, et traqué quarante heures après l'avoir blessé d'une flèche.

L'organisateur zimbabwéen du safari Theo Bronkhorst nie formellement avoir appâté le félin dont il a découvert a posteriori et à son grand désarroi qu'il portait un collier émetteur à des fins de recherches scientifiques et était un spécimen protégé sorti de Hwange. 

Il assure que le permis de chasser à l'arc était parfaitement en règle, que son client américain Walter Palmer est innocent et n'a nullement cherché à s'offrir la tête de ce grand lion.

En revanche, il admet que M. Palmer s'est pris en photo avec sa proie malgré la découverte du collier, et est reparti aux Etats-Unis comme si de rien n'était en prenant ses dispositions pour récupérer son trophée, la tête débarrassée du collier, qui a depuis été confisquée par les autorités.

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

Hwange

AFP

Zimbabwe: 22 éléphants empoisonnés près du parc de Hwange

Zimbabwe: 22 éléphants empoisonnés près du parc de Hwange

AFP

Zimbabwe: 14 éléphants morts empoisonnés dont 11 au parc national de Hwange

Zimbabwe: 14 éléphants morts empoisonnés dont 11 au parc national de Hwange

Braconnage

Leurs cornes sont les nouveaux diamants de sang

Leurs cornes sont les nouveaux diamants de sang

lion

Wildlife

VIDEO. Un lion essaye d'attraper un enfant derrière le mur en verre de sa cage

VIDEO. Un lion essaye d'attraper un enfant derrière le mur en verre de sa cage

AFP

Un lion du parc national de Nairobi abattu après avoir blessé un homme

Un lion du parc national de Nairobi abattu après avoir blessé un homme

AFP

Le Zimbabwe renonce

Le Zimbabwe renonce

mort

AFP

Le célèbre sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Le célèbre sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

AFP

Maroc: nouveau rassemblement après la mort d'un vendeur de poisson

Maroc: nouveau rassemblement après la mort d'un vendeur de poisson

AFP

Ouganda: dix mort dans un naufrage sur le lac Albert

Ouganda: dix mort dans un naufrage sur le lac Albert