mis à jour le

Les points-clés de la visite d'Obama au Kenya

Le président américain Barack Obama, en visite au Kenya ce weekend, s'entretiendra avec son homologue Uhuru Kenyatta de questions économiques, lutte contre le terrorisme, démocratie et respect des droits de l'Homme.

 

- ÉCONOMIE -

 

Officiellement, Barack Obama est au Kenya pour prononcer un discours au sommet mondial de l'entrepreneuriat qui se tient dans la capitale kényane samedi et qui va mettre en lumière "les progrès et le potentiel" du pays, selon le président kényan.

Plusieurs accords devraient être signés entre Washington et Nairobi au cours de la visite, dans le secteur des infrastructures et de la santé.

L'intensification de l'investissement et des relations commerciales entre les deux pays devraient être au coeur du dialogue bilatéral samedi, les Etats-Unis étant désormais le deuxième partenaire économique du Kenya, après l'Union Européenne.

Si le Kenya tente d'encourager les investissements étrangers, le pays traîne toujours une mauvaise réputation en matière de corruption: il occupe la 145e place (sur 175) du classement établi par l'ONG Transparency International.

 

- TERRORISME -

 

La sécurité et la lutte contre le terrorisme sera une question "centrale" des discussions avec Barack Obama, a assuré Uhuru Kenyatta, qui a rappelé que son pays "travaille en étroite coopération avec les services américains" pour combattre la menace des shebab, insurgés islamistes somaliens affiliés à Al-Qaïda. 

Le Kenya a été durement touché par l'intégrisme islamiste et ce dès 1998, quand Al-Qaïda a perpétré un attentat contre l'ambassade américaine de Nairobi, faisant 224 morts.

En 2011, les troupes kényanes sont entrées en Somalie pour combattre les shebab, avant de rejoindre la force de l'Union Africaine (Amisom) qui soutient le gouvernement somalien dans sa lutte contre le terrorisme. 

Les troupes de Nairobi souhaitaient notamment créer une zone tampon pour protéger la longue frontière poreuse qui sépare le pays de la Somalie.

Mais en réponse à cette intrusion, les shebab ont intensifié leurs opérations au Kenya, commettant plusieurs attaques spectaculaires, notamment dans un centre commercial de Nairobi en septembre 2013 (le Westgate, 67 morts) et contre l'université de Garissa (nord-est) en avril 2015 (148 morts, dont 142 étudiants).  

Des frappes de drones américains ont récemment visé des commandants shebab, tuant notamment leur ancien chef Ahmed Abdi Godane en septembre dernier.

 

- DROITS DE L'HOMME -

 

Les questions de respect de la démocratie seront également au menu des discussions, les autorités américaines ayant d'ores et déjà affirmé que la promotion des droits de l'Homme serait un point-clé. 

Suite à l'attaque de Garissa, le Kenya a placé deux organisations musulmanes de défense des droits de l'Homme sur une liste d'associations accusées de soutenir le terrorisme.

Barack Obama devrait rencontrer des représentants de ces deux ONG au cours de sa visite. 

Les droits des homosexuels pourrait être un point d'accroche entre les deux pays, le soutien du président américain au mariage des personnes de même sexe a agacé certains responsables kényans, dont le vice-président William Ruto, ouvertement homophobe.

M. Kenyatta a assuré que les droits des homosexuels étaient "un non-problème pour les gens de ce pays" et que ce ne serait "pas du tout au programme" des discussions. Interrogé par la BBC avant de quitter Washington pour le Kenya, Barack Obama a néanmoins clairement affiché son désaccord avec le vice-président Ruto sur le sujet et rappelé qu'il était lui-même opposé aux "discriminations et aux persécutions de quiconque sur la base de sa race, de sa religion, ou de ses préférences sexuelles". 

 

- JUSTICE -

 

Selon Uhuru Kenyatta, Barack Obama devrait rencontrer le vice-président Ruto, pourtant également poursuivi par la Cour Pénale Internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité après les violences post-électorales au Kenya de 2007.

La visite d'Obama au Kenya a longtemps été empêchée par l'inculpation du président Kenyatta lui-même par la CPI. Ces poursuites ont été abandonnées en décembre, en raison, selon la procureure de la CPI, de l'obstruction du gouvernement kényan.

Le fait que justice n'ait jamais été rendue pour les victimes des violences post-électorales devrait d'ailleurs être abordé: aucune poursuite n'a encore été engagée au Kenya contre les auteurs présumés de ces violences.

AFP

Ses derniers articles: Mali: la suspension de la Fédération de football levée par la Fifa  Mali: l'état d'urgence prorogé de six mois jusqu'  Burkina: 5.000 personnes pour le 1er grand rassemblement de l'opposition 

Kenya

AFP

Soudan du Sud: un opposant risque d'être expulsé du Kenya

Soudan du Sud: un opposant risque d'être expulsé du Kenya

AFP

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

AFP

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

visite

AFP

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

AFP

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

AFP

Marine Le Pen en visite au Tchad

Marine Le Pen en visite au Tchad