mis à jour le

 Manifestation à Alger le 12 avril 2011. Reuters/STR New
Manifestation à Alger le 12 avril 2011. Reuters/STR New

Algérie: 36 millions de demandeurs, un poste

Le chômage demeure un fléau pour de nombreux Algériens et le nouveau métro algérois n'y changera rien.

Peut-on arrêter un chômeur qui demande du travail? A première vue, non, c'est comme noyer un enfant qui demande à respirer. Pourtant, c'est ce qu'il s'est passé devant la présidence, où des chômeurs s'étaient rassemblés pour exiger du travail et la fin du harcèlement policier. Ils ont été arrêtés et empêchés d'aller plus loin. Des chômeurs qui donnent du travail à la police, une boucle sans fin dans laquelle des syndicats sont harcelés, manifestent pour faire cesser le harcèlement et sont embarqués et harcelés. Et pendant qu'ils sont au commissariat ou en justice, ils n'ont pas le temps de chercher du travail, ils restent donc chômeurs et manifestent  pour se faire encore arrêter. Comment casser cette boucle diabolique?

Abdelaziz Bouteflika se paye un CDI

Évidemment, il serait plus intelligent de laisser les chômeurs manifester puisque le gouvernement est incapable de leur donner du travail. Mais la présidence n'aime pas être dérangée, surtout par des mendiants insolents. Car on l'oublie souvent, si être chômeur n'est pas facile, le métier de président n'est pas de tout repos. Il faut gérer les équilibres, payer la police, nourrir les dobermans, surveiller Ouyahia(le Premier ministre algérien), éviter les bombes, les empoisonnements  et les élections, bloquer les prétendants et les libertés sans tirer dans la foule. En plus, il faut trouver du travail aux chômeurs et bien sûr, être obligé d'être à son bureau pour écouter les clameurs quotidiennes des différentes catégories qui revendiquent. D'ailleurs, avant d'être président, M. Bouteflika était lui-même chômeur et il n'a pas manifesté pour avoir un emploi, c'est la société Algérie, sur CV, qui lui a offert ce poste en CDD, qu'il tente intelligemment de convertir en CDI. On ne peut donc pas lui demander d'être solidaire avec ces chômeurs. Mais on peut lui demander de regarder de temps en temps par la fenêtre car même pour lui, il n'y a pas de stabilité de l'emploi.

Chawki Amari

 Cet article d'abord a été publié dans El Watan

Chroniqueur à El Watan et SlateAfrique

A lire aussi

L'Algérie entasse ses pétrodollars

 En Algérie, les Chinois ne reposent pas en paix

Du même auteur

Syrie-Algérie: même combat?

Le ramadan coûte cher à l'Algérie

Certificat de conversion: le visa d'Allah

 

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

chômage

Travail

Le chômage des jeunes est un problème partout en Afrique, sauf dans un pays

Le chômage des jeunes est un problème partout en Afrique, sauf dans un pays

Tunisie

La corruption, le fruit pourri qui révolte la jeunesse de Kasserine

La corruption, le fruit pourri qui révolte la jeunesse de Kasserine

AFP

Au Nigeria, des tomates pour lutter contre le chômage

Au Nigeria, des tomates pour lutter contre le chômage