mis à jour le

Quatre Italiens enlevés en Libye

Quatre Italiens travaillant pour une entreprise de construction ont été enlevés en Libye, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères.

Au moment de l'enlèvement, ils se trouvaient aux alentours du complexe de la compagnie pétrolière italienne ENI dans la région de Mellitah, à l'ouest de Tripoli, selon un communiqué du ministère.

"C'est une zone où il y a déjà eu des précédents", a brièvement déclaré le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, à son arrivée à Bruxelles.

"Il est toujours difficile seulement quelques heures après de comprendre la nature, ou qui sont les responsables", de cet enlèvement, a-t-il dit aux chaînes de télévision italiennes.

Une unité de crise a immédiatement été activée pour suivre l'affaire et se trouve "en contact constant avec les familles et l'entreprise Bonatti" qui les emploie.

Le ministère rappelle que l'ambassade d'Italie en Libye est fermée depuis le 15 février et que les Italiens ont été invités à quitter un pays en situation d'"extrême difficulté". 

AFP

Ses derniers articles: CAN: il y a 40 ans, l'épopée des "Grues" d'Idi Amin Dada  Le Mozambique ne remboursera pas 60 millions de dollars d'intérêts de sa dette souveraine  Nigeria: trois personnes tuées dans un attentat suicide sur un campus du nord-est 

Italiens

AFP

Libération de deux Italiens et un Canadien enlevés en Libye en septembre (gouvernement italien)

Libération de deux Italiens et un Canadien enlevés en Libye en septembre (gouvernement italien)

AFP

Migrants: 6.500 personnes secourues par les gardes-côtes italiens

Migrants: 6.500 personnes secourues par les gardes-côtes italiens

AFP

Deux Italiens otages de l'EI en Libye libérés

Deux Italiens otages de l'EI en Libye libérés

Libye

AFP

Tchad: fermeture de la frontière avec la Libye

Tchad: fermeture de la frontière avec la Libye

AFP

Tunisie: découverte de caches d'armes

Tunisie: découverte de caches d'armes

AFP

Libye et Sarkozy: soupçons et accusations mais pas de preuves

Libye et Sarkozy: soupçons et accusations mais pas de preuves