mis à jour le

Attentat en Tunisie: le tueur avait travaillé dans le tourisme

L'auteur de l'attentat sanglant du 26 juin contre des touristes dans un hôtel en bord de mer en Tunisie a travaillé dans le tourisme, a affirmé le Premier ministre Habib Essid dans une interview publiée dimanche dans le quotidien La Presse.

"Nous savons qu'il était membre d'un club de danse et qu'il connaît bien le secteur touristique pour y avoir travaillé en tant qu'animateur", a déclaré M. Essid au journal francophone.

Le jeune homme en noir armé d'une kalachnikov qu'il avait cachée dans un parasol avant d'ouvrir le feu sur des touristes, tuant 38 personnes, a été identifié par les autorités comme Seifeddine Rezgui, un étudiant en master de 23 ans originaire de Gaafour, une petite ville du gouvernorat de Siliana (nord-ouest). Il a été abattu par les forces de l'ordre après le massacre.

Les autorités ainsi que des proches avaient indiqué qu'il s'agissait en apparence d'un jeune Tunisien sans histoires, notamment amateur de breakdance.

Un habitant du quartier où vivent ses parents à Gaafour avait indiqué à un correspondant de l'AFP que Seifeddine Rezgui avait travaillé "dans le tourisme dans la région de Kantaoui", où a été perpétré l'attentat, mais il n'avait pas été possible de le confirmer d'une autre source.

La transformation de ce profil "normal", selon les autorités, a suscité la stupéfaction en Tunisie. M. Essid a affirmé qu'un "travail de fond (...) sur la culture et l'enseignement" devra être fait et que des réformes devaient être engagées dans l'économie et l'éducation.

"Nous savons aujourd'hui que ce qui entraîne les individus dans les courants extrémistes sont soit les difficultés financières ou certaines idéologies religieuses", a-t-il dit.

"Nous étudions également les méthodes de +déradicalisation+ des jeunes de retour de Syrie. La France affronte actuellement ce même problème et nous collaborons ensemble pour trouver le moyen de réhabiliter les jeunes jihadistes", a-t-il ajouté.

L'attaque sur la plage et au bord des piscines de l'Imperial Marhaba de Port El Kantaoui, dans le centre-est de la Tunisie, a fait 38 morts, dont 30 Britanniques, et a été revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).

M. Essid a reconnu vendredi des défaillances sécuritaires dans la réponse à l'attaque, admettant que la police avait été trop lente à intervenir. Plusieurs témoignages rapportent en effet que le tueur a pu déambuler sur la plage et dans l'enceinte de l'hôtel pendant au moins 30 minutes.

Interrogé par La Presse à ce sujet, le Premier ministre a assuré que des agents avaient tenté d'intervenir au début de l'attaque mais que leur arme s'était enrayée.

"Il faut le dire, des agents de la Garde nationale (gendarmerie, ndlr) à bord de leur Zodiac (...), sont intervenus très tôt. Ils ont tiré contre l'assaillant, mais ne l'ont pas atteint. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, leur fusil s'est enrayé!", a-t-il déclaré.

Quant aux renforts, "pour parvenir à la station de Port El Kantaoui, il a fallu traverser toute la ville de Sousse un vendredi, à midi. Aujourd'hui, une enquête est en cours pour définir les responsabilités de ce retard", a-t-il enfin dit.

Le président Béji Caïd Essebsi a décrété l'état d'urgence samedi, huit jours après l'attentat, en raison des "dangers menaçant le pays".

 

attentat

AFP

Double attentat

Double attentat

AFP

Somalie: au moins 18 morts dans un double attentat

Somalie: au moins 18 morts dans un double attentat

AFP

Un attentat suicide attribué

Un attentat suicide attribué

tourisme

AFP

Egypte:

Egypte:

AFP

Année record pour le tourisme au Maroc, avec 11,35 millions de visiteurs

Année record pour le tourisme au Maroc, avec 11,35 millions de visiteurs

AFP

Tunis et Londres s'attendent

Tunis et Londres s'attendent