mis à jour le

Bénin: le président français Hollande entame sa tournée africaine

Le président français François Hollande est arrivé jeudi au Bénin pour s'entretenir avec son homologue Thomas Boni Yayi - qui a récemment annoncé qu'il ne briguerait pas de troisième mandat - première étape d'une tournée africaine éclair qui le conduira aussi en Angola et au Cameroun. 

M. Hollande a été accueilli jeudi à 00H30 heure locale (mercredi 23H30 GMT) à l'aéroport international de Cotonou par M. Boni Yayi et par son nouveau Premier ministre Lionel Zinsou.

Les soubresauts de la crise grecque, dans l'attente du référendum de dimanche, risquent fort de parasiter le périple du chef de l'Etat français. Mais ses services soulignent l'importance de ce déplacement, dans trois pays où M. Hollande ne s'est jamais rendu et dont les liens avec la France sont distendus depuis de nombreuses années.

Devant un kiosque à journaux de Cotonou jeudi matin, Justin, un chauffeur de taxi-motos d'une trentaine d'années, se réjouissait de cette visite d'Etat attendue de longue date. "Ça fait plus de 30 ans qu'un président français en exercice n'a pas foulé le sol béninois. (...) C'est un honneur pour le Bénin, une prime à la démocratie et une façon de soutenir notre président", se réjouit-il.

En effet, la dernière visite d'un président français remonte à celle du socialiste François Mitterrand en 1983. M. Hollande, qui doit prononcer jeudi matin une allocution devant les parlementaires et d'autres personnalités du pays, devrait s'attarder sur l'exemple de démocratie que représente ce petit Etat côtier ouest-africain, qui a connu trois alternances démocratiques depuis 1990. 

"Le choix d'aller au Bénin dans la période actuelle est en soi un message politique. Le président Yayi vient d'annoncer qu'il respectait la Constitution en ne briguant pas un troisième mandat en mars 2016", souligne-t-on à la présidence française. 

"Au Bénin comme au Sénégal, la démocratie c'est un peu leur pétrole", souligne le journaliste et écrivain français Antoine Glaser, qui suit depuis de nombreuses années les relations entre la France et l'Afrique.

Plusieurs pays africains, en particulier le Burundi, connaissent des troubles liés à la volonté de leur chef d'Etat de se maintenir au pouvoir malgré les limites posées par leurs Constitutions.  

- pas d'"ingérence" -

M. Hollande arrive à Cotonou moins de deux semaines après la nomination à la tête du gouvernement de l'homme d'affaires franco-béninois Lionel Zinsou, très proche du chef de la diplomatie française Laurent Fabius et possible candidat à la succession de M. Boni Yayi.

M. Zinsou préside aussi la Fondation franco-africaine pour la croissance, une institution créée par Paris en décembre 2013 pour dépoussiérer les relations économiques entre la France et l'Afrique. Un rôle qu'il dit vouloir continuer à assumer.

"François Hollande donne l'impression de venir adouber un conseiller", note M. Glaser. Mais du côté de la présidence, on rejette tout soupçon d'"ingérence" française, soulignant que la visite était programmée "bien avant" le changement de gouvernement. 

M. Hollande doit aussi visiter un centre de recherche franco-béninois testant un nouveau vaccin contre le paludisme, la première cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans dans ce pays de 10 millions d'habitants. 

Il se rendra enfin dans la "Bluezone", une structure créée par le groupe français Bolloré dans un quartier populaire regroupant à la fois un incubateur pour jeunes entrepreneurs, une salle de spectacle, des espaces dédiés au sport et aux loisirs et un espace de santé.

La Bluezone, espace de vie entièrement autonome sur le plan énergétique grâce à un parc de panneaux solaires, qui existe déjà dans plusieurs pays africains, "montre la contribution que les entreprises peuvent apporter à la lutte contre le réchauffement climatique, en vue de la COP21 (conférence des Nations Unies sur le changement climatique) qui doit se tenir à Paris en décembre 2015", soulignent les services de M. Hollande.

Après avoir rencontré la communauté française, M. Hollande doit décoller en début d'après-midi pour Luanda, en Angola, pour une visite essentiellement économique, avec la volonté de diversifier les échanges de la France au-delà du secteur pétrolier.

AFP

Ses derniers articles: La Zambie empêche l'entrée d'un opposant sud-africain  Maroc: le développement du nord est une "priorité stratégique"  Ethiopie: un opposant condamné 

français

AFP

Soudan: L'otage français libéré samedi de retour au Tchad

Soudan: L'otage français libéré samedi de retour au Tchad

AFP

Libération d'un Français enlevé au Tchad et emmené au Soudan

Libération d'un Français enlevé au Tchad et emmené au Soudan

AFP

Agressions sexuelles au Burkina: 6 mois ferme requis contre un militaire français

Agressions sexuelles au Burkina: 6 mois ferme requis contre un militaire français

Hollande

AFP

La présence militaire française au Mali: "ce sera long" prévient Hollande

La présence militaire française au Mali: "ce sera long" prévient Hollande

AFP

A Bamako, les adieux réciproques de Hollande et de l'Afrique

A Bamako, les adieux réciproques de Hollande et de l'Afrique

AFP

Hollande et l'Afrique: des guerres et la fin d'une certaine Françafrique

Hollande et l'Afrique: des guerres et la fin d'une certaine Françafrique

président

AFP

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

AFP

Tunisie: démission surprise du président de l'instance électorale

Tunisie: démission surprise du président de l'instance électorale

AFP

L'absence du président Buhari plonge le Nigeria dans l'incertitude

L'absence du président Buhari plonge le Nigeria dans l'incertitude