mis à jour le

Soudan du Sud: rencontre entre le président et le chef rebelle

Le président et le chef de la rébellion du Soudan du Sud, ravagé par une guerre civile émaillée d'atrocités à grande échelle, se sont rencontrés ce week-end au Kenya sans parvenir à aucun résultat, a annoncé la présidence kényane.

Le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar, devenu chef rebelle, se sont vus samedi et dimanche à Nairobi dans une nouvelle tentative du président kényan Uhuru Kenyatta d'arriver à un accord de paix, après un précédent round de négociations infructueuses en Ethiopie et en Tanzanie.

"Mes deux frères se sont entretenus face-à-face durant cinq heures", ce qui a permis d'"établir la confiance" entre eux et d'"identifier" des "problèmes importants", a déclaré M. Kenyatta dans un communiqué diffusé dimanche soir.

Mais au final, les entretiens "n'ont permis d'arriver à aucun résultat tangible", selon un porte-parole rebelle, Mabior Garang.

Au moins sept cessez-le-feu ont été signés, et rapidement rompus, durant les cycles successifs de négociations, entachés d'une évidente mauvaise foi des deux camps aujourd'hui menacés de sanctions par l'ONU.

Alors même que MM. Kiir et Machar discutaient à Nairobi, les combats faisaient rage dans une capitale régionale stratégique du Soudan du Sud.

La ville de Malakal, capitale en ruine de l'Etat pétrolifère du Haut-Nil, est désormais sous le "contrôle total" de la rébellion, selon un communiqué de cette dernière. L'armée a démenti ces informations.

Des travailleurs humanitaires à Malakal ont indiqué que de violents combats avaient commencé samedi, mais qu'un calme relatif semblait régner lundi matin dans la ville, où se trouvaient toujours les rebelles.

Les combats avaient éclaté mi-décembre 2013 à Juba, la capitale, au sein de l'armée sud-soudanaise, lorsque le président Kiir avait accusé Riek Machar de fomenter un coup d'Etat. Le conflit marqué par de multiples exactions des deux camps a depuis dégénéré en massacres interethniques à travers le pays.

AFP

Ses derniers articles: L'Angola vote pour choisir un successeur au président dos Santos  Niger: 1 an de prison pour 3 policiers après des violences sur un étudiant  Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes 

chef

AFP

Hichilema, obstiné chef de l'opposition zambienne

Hichilema, obstiné chef de l'opposition zambienne

AFP

Zambie: le chef de l'opposition libéré après l'abandon des charges de trahison

Zambie: le chef de l'opposition libéré après l'abandon des charges de trahison

AFP

Accusé de trahison, le chef de l'opposition zambienne plaide non coupable

Accusé de trahison, le chef de l'opposition zambienne plaide non coupable

président

AFP

L'Angola vote pour choisir un successeur au président dos Santos

L'Angola vote pour choisir un successeur au président dos Santos

AFP

De retour au Nigeria, le président Buhari reprend en main la sécurité du pays

De retour au Nigeria, le président Buhari reprend en main la sécurité du pays

AFP

Nigeria: le président Buhari "heureux" d'être de retour

Nigeria: le président Buhari "heureux" d'être de retour

rebelle

AFP

Afrique du Sud: l'"esprit" d'un chef rebelle indigène rapatrié 200 ans après sa mort

Afrique du Sud: l'"esprit" d'un chef rebelle indigène rapatrié 200 ans après sa mort

AFP

RDC: la prison de Kinshasa attaquée, un chef rebelle évadé

RDC: la prison de Kinshasa attaquée, un chef rebelle évadé

AFP

RDC: il y a vingt ans, Kinshasa s'offrait au rebelle Kabila père

RDC: il y a vingt ans, Kinshasa s'offrait au rebelle Kabila père