mis à jour le

Ouganda: un rival de Museveni lui conteste le droit de se représenter

Le principal adversaire déclaré au président ougandais Yoweri Museveni à la présidentielle de 2016 a lancé une action en justice pour empêcher le chef de l'Etat de se représenter au motif qu'il est trop âgé pour exercer un nouveau mandat. 

C'est le porte-parole de campagne d'Amama Mbabazi, un ancien Premier ministre de Museveni tombé en disgrâce en 2014 et candidat déclaré à la présidentielle, qui a intenté cette action en justice jeudi, dont le quotidien The Monitor dévoile le contenu dans son édition de vendredi. 

Dans sa requête, le porte-parole Benjamin Alipanga invoque "l'incapacité physique et constitutionnelle" de M. Museveni d'exercer ses fonctions "en raison de son âge".

Yoweri Museveni, qui dirige l'Ouganda depuis 1986, a officiellement fêté son 70e anniversaire le 14 septembre. Toutefois, des activistes l'accusent de mentir sur son âge afin de contourner la législation du pays qui fixe un âge limite de 75 ans au chef de l'Etat.

Le président Museveni ne pourra pas "exercer un mandat présidentiel complet de cinq ans à partir de 2016, car il dépassera la limite d'âge prévue par la constitution ougandaise" au cours de ce mandat, précise la requête qui sera examinée lors d'une audience le 17 juillet.

Josephine Mayanja-Nkangi, une autre porte-parole de M. Mbabazi, a déclaré à l'AFP que son camp "attendait avec impatience" que la décision soit rendue. 

M. Museveni a déjà été désigné par les dirigeants de son parti, le Mouvement national de résistance (NRM), comme le candidat de la formation à la présidentielle de 2016. Cette candidature doit encore être confirmée par un congrès du parti qui s'annonce comme une simple formalité.

Cela n'a pas empêché M. Mbabazi - ex-secrétaire général du parti présidentiel et ex-Premier ministre démis de ces fonctions respectivement en mars et septembre 2014 - d'annoncer la semaine dernière, à 66 ans, vouloir affronter M. Museveni, son compagnon d'armes dont il fut longtemps un fidèle.

Yoweri Museveni avait affirmé en juin être en "excellente santé, à l'exception de quelques crises de paludisme, toux ou légères réactions allergiques nasales", précisant qu'il n'y a "quasiment aucun effort physique" qui lui soit impossible, "à part s'accroupir. 

AFP

Ses derniers articles: Amical: le match Nigeria-Burkina Faso  Sierra Leone: un étudiant tué par la police pendant une manifestation  Maroc: arrestation des assassins présumés d'un député 

droit

AFP

Maroc: les projets de loi sur la langue berbère et le droit de grève adoptés

Maroc: les projets de loi sur la langue berbère et le droit de grève adoptés

AFP

Burkina: un ex-bras droit de Compaoré élu président du nouveau parlement

Burkina: un ex-bras droit de Compaoré élu président du nouveau parlement

AFP

Burundi: le bras droit du président Nkurunziza assassiné

Burundi: le bras droit du président Nkurunziza assassiné