mis à jour le

Côte d'Ivoire: fin de l'opération de désarmement des ex-combattants

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi qu'il mettait fin aux activités de l'agence en charge du désarmement des ex-combattants de la crise postélectorale de 2010-2011, après que celle-ci eut réinséré quelque 55.000 d'entre eux en trois ans.

L'Autorité de démobilisation, de désarmement et de réinsertion (ADDR), créée en 2012, "a achevé sa mission", a déclaré Bruno Koné, le porte-parole du gouvernement, lors d'une conférence de presse organisée après un conseil des ministres. 

L'ADDR "est parvenue à réinsérer 55.000 ex-combattants" sur 64.000, "soit un taux concluant de 85%", s'est félicité M. Koné.

Selon un membre de l'agence, l'annonce ministérielle est toutefois "symbolique", l'ADDR continuant à enrôler des volontaires jusqu'au 30 juin.

Une "cellule de coordination, de suivi et de réinsertion", créée mercredi par décret gouvernemental, prendra en outre immédiatement le relais de l'ADDR pour assurer la gestion de ce dossier.

Les dernières données, communiquées le 4 juin par le directeur général de l'ADDR, Fidèle Sarassoro, faisaient état de "54.424 ex-combattants" réinsérés.

Selon plusieurs experts, ces chiffres, tout comme le niveau de réinsertion réelle des anciens combattants, sont exagérés pour des raisons politiques.

Plus de "45.500 armes, notamment des kalachnikov, des obus, des grenades", ainsi que "2,5 millions de munitions" ont été collectées, avait indiqué M. Sarassoro, dont la structure était dotée d'un budget de 92,7 milliards de francs CFA (141 millions d'euros).

La Côte d'Ivoire a connu une décennie de crise politico-militaire, marquée par une partition du pays entre un Nord aux mains d'une rébellion et un Sud contrôlé par le camp de l'ex-président Laurent Gbagbo, au pouvoir entre 2000 et 2011.

Cette crise a culminé avec les violences postélectorales de 2010-2011, causées par le refus de M. Gbagbo de reconnaître la victoire de M. Ouattara à la présidentielle de novembre 2010.

Plus de 3.000 personnes avaient alors péri en cinq mois de crise, durant laquelle la rébellion avait chassé Laurent Gbagbo du pouvoir, avec l'appui décisif de l'ONU et de la France.

Les évêques catholiques ont estimé mi-mai que l'organisation d'une élection présidentielle "apaisée" en octobre en Côte d'Ivoire passait par le désarmement des ex-combattants, y voyant une avancée essentielle vers une "vraie réconciliation".

 

AFP

Ses derniers articles: Afrique: Caisse des dépôts et AFD créent un fonds de 500 millions d'euros  RDC: libération d'une journaliste après quatre jours de détention  Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie 

désarmement

AFP

Burkina: les ex-putschistes "refusent" de poursuivre le désarmement (état-major des armées)

Burkina: les ex-putschistes "refusent" de poursuivre le désarmement (état-major des armées)

AFP

Côte d'Ivoire: désarmement ardu pour les derniers anciens rebelles

Côte d'Ivoire: désarmement ardu pour les derniers anciens rebelles

AFP

RDC: faut-il croire au désarmement des rebelles hutu rwandais?

RDC: faut-il croire au désarmement des rebelles hutu rwandais?