mis à jour le

Capture d'écran du trailer de حارة اليهود
Capture d'écran du trailer de حارة اليهود

Les juifs égyptiens, héros d’une série télévisée du Ramadan

La série télévisée «Le quartier des juifs» tente de s'éloigner des clichés antisémitiques en dépeignant l’Égypte cosmopolite des années 1950.

Les séries télévisées pendant le Ramadan sont comme les glaces macadamia en été: une composante essentielle. Pendant trente jours, on se gave en famille. Cette année, l'une d'entres elles, Le quartier des juifs (حارة اليهود), était particulièrement attendue: elle dépeint les juifs égyptiens des années 1950 de façon positive et tente de s'éloigner des clichés antisémites souvent répandus.

«Nous avons vécu toute notre vie au cœur du Caire et nous n'avons jamais subi aucun racisme», dit une femme en voix off dans le trailer (0'28). «Je suis un frère pour les musulmans, ma religion me dit de l'être», soutient quelques secondes plus tard (1'15) un homme assis dans un café.

Laila (Menna Shalabi) est amoureuse d'Ali (Iyad Nassar). Elle est juive, lui est musulman. Officier dans l'armée, il revient du front avant d'être capturé et torturé par les militaires israéliens. Le départ de Moussa, le frère de Laila, en Israël est vécu comme une trahison par sa sœur. Le quartier plonge ensuite dans la violence lorsque les Frères musulmans posent une bombe dans un chariot d'oranges. 

La série est ancrée dans une période essentielle de l'histoire de l'Égypte: elle se déroule entre 1948 et 1954. À cette époque où juifs, chrétiens et musulmans partagent les mêmes quartiers du Caire, Israël se crée aux frontières de l'Égypte, qui connaît alors une montée du nationalisme. En 1952, le mouvement des officiers libres, dirigé par Mohammed Naguib et Gamal Abdel Nasser, fait tomber la monarchie.

Selon le Times of IsraelMedhat al-Adl, le réalisateur, a voulu montrer une Égypte cosmopolite dans laquelle «toutes les religions et les langues existent». Cette série «rappelle une époque où le cinéma égyptien célébrait une composition sociale du pays hétérogène et ouverte». Le journaliste israélien évoque alors le film Fatma, Marika and Rachel (1949), qui met en scène un Égyptien qui prétend être juif pour s'attirer les faveurs d'une femme juive, et la comédie Hassan, Morqos and Cohen (1954), sur une entreprise détenue par un musulman, un chrétien et un juif. 

Lire la suite de l'article sur Slate.fr

Slate.fr

Ses derniers articles: Comment Aqmi est revenu sur le devant de la scène en sous-traitant ses attaques  Pour Daech, le vrai combat se déroule en Libye  Comment le djihadisme est devenu «global» 

Frères musulmans

Sissimania

Pourquoi les intellos égyptiens sont fans de Sissi

Pourquoi les intellos égyptiens sont fans de Sissi

Egypte

Ne cherchez aucun enjeu dans la présidentielle égyptienne

Ne cherchez aucun enjeu dans la présidentielle égyptienne

Egypte

Procès sans précédent

Procès sans précédent

juifs

Dieudonné

Il promet une «version piquante» de son spectacle

Il promet une «version piquante» de son spectacle

Diasporas

À la rencontre des juifs d'Haïti

À la rencontre des juifs d'Haïti

Djamila Ould Khettab

Juifs et musulmans farouchement opposés

Juifs et musulmans farouchement opposés

ramadan

AFP

Invité

Invité

AFP

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats

Religion

PHOTOS. L'Afrique musulmane célèbre l'Aïd el-Fitr

PHOTOS. L'Afrique musulmane célèbre l'Aïd el-Fitr