mis à jour le

Soudan du Sud: retour en fonctions d'un cadre du parti au pouvoir en disgrâce

Un haut cadre du SPLM, parti au pouvoir au Soudan du Sud, Pagan Amum, limogé au début de la guerre civile fin 2013, a été rétabli dans ses fonctions, a annoncé mardi le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM).

Pagan Amum était l'un des hommes politiques sud-soudanais les plus influents avant le début du conflit. Son retour au poste de secrétaire général du SPLM pourrait marquer un pas vers la réconciliation des parties rivales. Peu de signaux de ce genre ont été envoyés depuis 18 mois.

"C'est une bonne nouvelle pour le Soudan du Sud, c'est une bonne nouvelle pour les membres du SPLM et la région toute entière", a estimé le porte-parole du parti, Akol Paul.

Pagan Amum avait été arrêté peu de temps après le début de l'actuel conflit, qui a éclaté en décembre 2013 au sein de l'armée sud-soudanaise fracturée le long de lignes politico-ethniques par la rivalité à la tête du régime entre le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar.

Il avait été poursuivi pour tentative de coup d'Etat aux côtés d'une dizaine d'autres ex-responsables sud-soudanais, soupçonnés d'être liés à M. Machar.

Sous la pression internationale, soucieuse de rétablir le dialogue entre les deux camps, la justice avait cependant très vite abandonné les poursuites à son encontre.

Sur le terrain cependant, les combats, accompagnés de massacres ethniques et d'atrocités contre les civils, ne faiblit pas. La semaine dernière, le Fonds de l'ONU pour l'Enfance (Unicef) a accusé les belligérants des deux camps de crimes atroces contre des enfants: émasculations, viols, les ligotant parfois ensemble avant de leur trancher la gorge.

Aucun bilan officiel du conflit n'a jamais été établi, mais selon des observateurs, il a fait des dizaines de milliers de victimes. Selon les Nations unies, les deux-tiers des 12 millions d'habitants du pays ont besoin d'aide pour survivre.

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: 10 ans de prison ferme pour le journaliste de RFI Ahmed Abba  La RDC présente une vidéo estimée être celle du meurtre d'experts de l'ONU  Maroc: une journaliste suspendue pour avoir utilisé l'expression "Sahara occidental" 

pouvoir

AFP

Burkina/procès Compaoré : l’ex-parti au pouvoir dénonce un "règlement de comptes"

Burkina/procès Compaoré : l’ex-parti au pouvoir dénonce un "règlement de comptes"

AFP

Burundi: le pouvoir accusé d'imposer des cotisations forcées

Burundi: le pouvoir accusé d'imposer des cotisations forcées

AFP

Burkina: le président de l'Assemblée Salifou Diallo

Burkina: le président de l'Assemblée Salifou Diallo

retour

AFP

Centrafrique:

Centrafrique:

AFP

Centrafrique: l'impossible retour à la normale

Centrafrique: l'impossible retour à la normale

AFP

Nigeria: le président Buhari de retour après 2 mois d'absence

Nigeria: le président Buhari de retour après 2 mois d'absence

Soudan

AFP

La guerre au Soudan du Sud met l'hospitalité ougandaise

La guerre au Soudan du Sud met l'hospitalité ougandaise

AFP

Soudan du Sud: les violences relèvent du "génocide", selon Londres

Soudan du Sud: les violences relèvent du "génocide", selon Londres

AFP

Soudan du Sud: des combats meurtriers éclatent dans la 2e ville du pays

Soudan du Sud: des combats meurtriers éclatent dans la 2e ville du pays