mis à jour le

Éléphant de Tanzanie | Mark Robinson, via Flickr CC licence by
Éléphant de Tanzanie | Mark Robinson, via Flickr CC licence by

Des tests ADN localisent avec précision d'où viennent les éléphants tués par les braconniers

Des chercheurs ont analysé entre 1996 et 2014, l'ADN de stocks d'ivoire exportés illégalement pour connaître l'origine des éléphants tués.

Le commerce illégal d'ivoire était le quatrième traffic criminel le plus important au monde en 2014, selon la revue Science. Mais si le braconnage est en constante augmentation ces dernières années en Afrique, le nombre exact d'éléphants tués - l'animal le plus recherché par les braconneurs pour son ivoire - n'est pas toujours connu avec précision dans certains pays où les rangers sont trop peu nombreux pour surveiller des parcs nationaux immenses, comme en République démocratique du Congo ou en Mozambique. 

Pour remédier à ce flou dramatique, sept chercheurs de l'Université de Washington et d'Interpol ont mené des prélèvements d'ADN sur 1.350 échantillons d'ivoire récoltés dans 29 pays africains et issus d'animaux tués illégalement entre 1996 et 2014. 

À lire aussi: Le florissant business des ONG anti-braconnage

Grâce à cela, l'équipe de chercheurs a pu démontrer que la majorité des éléphants abattus sont originaires de deux régions voisines: le sud de la Tanzanie et le nord du Mozambique. Entre 86% et 93% des extraits d'ivoires d'éléphants de savane viennent ainsi de cette région. Un fait qui alarme la communauté scientifique car une large partie de la population d'Afrique se concentre en Tanzanie. 

Mais si, comme l'indique cette étude, les territoires où sont tués les pachydermes sont effectivement concentrés, la contrebande d'ivoire pourrait être mieux combattue.

"Nos résultats révèlent des facteurs récurrents qui pourraient aider les pays concernés à combattre le traffic d'ivoire et protéger les populations vulnérables d'éléphants", notent les auteurs de l'enquête. 

Les différentes estimations font état de 434.000 éléphants vivants en Afrique, mais environ 40.000 sont tués chaque année par les braconniers. La Chine est le premier importateur d'ivoire où la demande est en forte croissance depuis plusieurs années. Mais les autorités de Pékin tardent à réprimer les traffiquants. 

Lu sur Science, Quartz

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

braconnage

Wildlife

Sauver les grands singes, c’est contribuer au développement de l'Afrique

Sauver les grands singes, c’est contribuer au développement de l'Afrique

Wildlife

Un robot rhinocéros pour lutter contre le braconnage

Un robot rhinocéros pour lutter contre le braconnage

Wildlife

L'extinction des guépards pourrait être aussi rapide que leur vitesse de pointe

L'extinction des guépards pourrait être aussi rapide que leur vitesse de pointe

éléphant

AFP

Zimbabwe: un éléphant piétine

Zimbabwe: un éléphant piétine

AFP

Kenya: un touriste belge tué par un éléphant

Kenya: un touriste belge tué par un éléphant

AFP

Un éléphant foule le sol somalien, une première en 20 ans

Un éléphant foule le sol somalien, une première en 20 ans