mis à jour le

Mali: les groupes pro-Bamako refusent de se retirer d'une ville prise

Des groupes armés pro-gouvernementaux du nord du Mali ont refusé de quitter la ville de Ménaka, comme le prévoit un "arrangement sécuritaire" obtenu par la médiation algérienne et dont la rébellion exige l'application pour signer la paix avec Bamako, a appris mercredi l'AFP de sources concordantes.

"Nous revenons de Ménaka. Devant les responsables de l'ONU au Mali, les populations, les notables de Ménaka ont demandé que nos troupes restent dans la ville pour assurer leur sécurité, donc nous restons", a déclaré à l'AFP Me Harouna Toureh, porte-parole de la plate-forme regroupant les formations armées soutenant le gouvernement.

Selon une source au sein de la mission de l'ONU, la Minusma, "la ville de Ménaka est toujours occupée par les groupes armés soutenant le gouvernement malien".

"Des Casques bleus sont également à l'intérieur de la ville, ainsi que l'armée malienne", a précisé cette source sous le couvert de l'anonymat, ajoutant que "les combattants de la CMA (Coordination des mouvements de l'Azawad, rébellion à dominante touareg) sont à une trentaine de km de Ménaka".

A la question de l'AFP de savoir si la décision de rester à Ménaka ne compromettait pas la signature de l'accord de paix par les rebelles prévue pour samedi à Bamako, Me Toureh a répondu: "Non, pas du tout, nos frères rebelles comprennent la situation".

Également interrogé par l'AFP, Almou Mohamed, l'un des porte-parole de la CMA a rappelé que "conformément aux engagement pris à Alger, les milices de l'armée malienne à Ménaka doivent quitter la ville, et laisser la mission de l'ONU assurer la sécurité des populations".

Dans le cas contraire, la CMA "engagera" des consultations internes pour décider si elle se rend samedi à Bamako pour signer "l'accord de paix et de réconciliation", comme l'ont déjà fait le 15 mai le camp gouvernemental et la médiation internationale, a-t-il indiqué.

La cérémonie de samedi "est maintenue jusqu'à preuve du contraire", selon la source de la Minusma.

La rébellion s'est engagée le 5 juin à Alger à ratifier l'accord après avoir signé deux documents avec le gouvernement: l'un portant sur des garanties d'application prévoyant l'"insertion prioritaire et majoritaire des combattants des mouvements politico-militaires notamment de la CMA" au sein des forces de sécurité dans le Nord et un "arrangement sécuritaire" concernant en particulier Ménaka.

La prise le 27 avril par les groupes pro-gouvernementaux des positions rebelles à Ménaka a été le point de départ d'une série d'affrontements qui ont fragilisé le cessez-le-feu.

AFP

Ses derniers articles: Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle  Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle  RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice 

rebellion

AFP

RDCongo: Bemba, de la rébellion

RDCongo: Bemba, de la rébellion

AFP

Dans le delta du Niger, les rêves brisés nourrissent la rébellion

Dans le delta du Niger, les rêves brisés nourrissent la rébellion

AFP

Burundi: le général Niyombare, ex-chef des putschistes,

Burundi: le général Niyombare, ex-chef des putschistes,

ville

AFP

Les meurtres ethniques déchirent une ville sud-soudanaise

Les meurtres ethniques déchirent une ville sud-soudanaise

AFP

Tunisie: marginalisée, la ville de Kasserine demande réparation

Tunisie: marginalisée, la ville de Kasserine demande réparation

AFP

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique