mis à jour le

 Deux jeunes filles au meeting du parti démocrate moderniste Reuters/Zoubeir Souissi
Deux jeunes filles au meeting du parti démocrate moderniste Reuters/Zoubeir Souissi

La Tunisie face au «syndrome algérien»

La Tunisie, ce n'est pas l'Algérie des années 1990. Et pourtant des similitudes existent.

Mise à jour le 28 octobre 2011, 14h05mn:Hechmi Haamdi, le richissime homme d'affaires tunisien qui a remporté avec sa liste «Pétition populaire»19 sièges dans l'assemblée constituante, a annoncé jeudi le retrait de l'ensemble de ses listes après leur invalidation partielle par la commission électorale. Le parti islamiste Ennahda a remporté les élections du 23 octobre en Tunisie avec «41,47% des sièges» de la nouvelle assemblée constituante, selon le résultat final provisoire annoncé jeudi soir par la commission électorale.

***

Mise à jour du 26 octobre, 10h30: Selon les résultats officiels partiels annoncés le 25 octobre par la commission électorale tunisienne Isie, Ennahda prend le dessus sur toutes les autres formations aux élections à l’Assemblée constituante qui comptera 217 membres. Le parti islamiste sort en tête dans 9 des 27 circonscriptions et remporte 28 des 55 sièges. Ennahda dispose déjà de 9 sièges obtenus à l’étranger.

***

Pour qui a vécu la période des élections législatives algériennes du 26 décembre 1991, il flotte comme un air de déjà-vu sur la Tunisie au lendemain du scrutin pour la formation de l’Assemblée constituante. Pour mémoire, on se souvient que l’ex-Front islamique du salut (FIS) avait pratiquement raflé la majorité absolue au premier tour. Dès le lendemain, des voix se faisaient entendre dans le camp des démocrates pour exiger l’interruption du processus électoral. On connaît la suite: début janvier, l’armée a obligé le président Chadli Bendjedid à démissionner et a annulé le scrutin. Dès lors, l’Algérie s’est engagée dans un processus infernal de violences, d’attentats et de massacres dont le bilan officieux est de 200.000 morts et plus de 20 milliards de dollars. Une décennie de terreur dont les conséquences se font encore ressentir aujourd’hui.

Bien entendu, la Tunisie n’en est pas là. La paix civile règne dans ce pays et la tenue d’un scrutin marqué par une large participation est une immense victoire saluée par la communauté internationale toute entière (espérons à ce sujet que cela fera réfléchir les autres peuples arabes mais aussi que cela provoquera des remords chez tous ceux qui, en Occident, rechignent à se déplacer aux bureaux de vote). Pour autant, il y a des similitudes qui sont frappantes. Il y a bien sûr la large victoire d’Ennahda, le parti islamiste de Rached Ghanouchi. Il y a aussi le désarroi d’une partie du camp démocrate qui, dès le 24 octobre au matin, accusait les islamistes «d’avoir confisqué la révolution», oubliant peut-être un peu trop vite que cette dernière a été le fait de Tunisiens venant d’horizons divers à commencer par ceux habitant dans les zones rurales de l’intérieur.

Vives émotions chez les anti-Ennahda

«Il faut que l’armée intervienne. Elle ne peut pas laisser les islamistes diriger le pays. On ira droit à la catastrophe et les femmes seront les premières pénalisées» s’indigne ainsi une militante du parti de gauche Ettajdid (ex-communiste, membre du Pôle démocratique moderniste ou PDM). Parmi les opposants aux islamistes, on ne compte pas les réactions émotionnelles. Certains discours entendus dans certains quartiers huppés de Tunis, comme celui de Carthage, s’apparentent même à un vrai racisme social.

«Il aurait fallu empêcher les analphabètes de voter et trouver un moyen de sous-pondérer les voix des quartiers populaires et des zones rurales»,

affirme sans ciller un homme d’affaires qui semble avoir du mal à se remettre de la déroute électoral du Parti démocratique progressiste (PDP, centre gauche) que l’on présentait comme le principal adversaire d’Ennahda. A cela, s’ajoute le blues de celles et ceux qui s’interrogent sur l’opportunité de «continuer à vivre en Tunisie ou d’aller s’installer en France». Une possibilité qui n’est pas donnée à tout le monde…

Annuler les élections?

Toute la question désormais est de savoir si cette tentation d’annuler les élections va grossir et peser sur la suite des événements. Il faut dire qu’avec leur couverture alarmiste et manichéenne, les télévisions françaises ont plutôt tendance à jeter de l’huile sur le feu. 

«Pendant toute la campagne, ils n’ont parlé que des islamistes. Et, maintenant, ils font mine de s’inquiéter du sort des démocrates. Ils servent aux spectateurs français l’histoire que ces derniers veulent regarder, c'est-à-dire l’habituel affrontement entre les bons et les mauvais, ces derniers étant les islamistes», s’indigne un militant du PDM, pourtant peu suspect de sympathie pour Ennahda.

Peut-on composer avec les islamistes?

En fait, la situation tunisienne repose les mêmes questions qui avaient déchiré les intellectuels algériens mais aussi français dans les années 1990. Peut-on composer avec les islamistes? Peut-on leur faire confiance? Faut-il les laisser gouverner? A cela, les «éradicateurs», répondent par la négative. A l’inverse, les «dialoguistes», estiment que l’on ne peut pas ne pas tenir compte de la volonté populaire. Pour les éradicateurs, les dialoguistes sont les «idiots utiles» de l’islamisme. Et pour les dialoguistes, les éradicateurs sont des pyromanes qui poussent à l’affrontement entre deux pans de la société au lieu de favoriser l’émergence d’un consensus. En 1991, dans le cas algérien, le rapport de force et l’environnement international favorisaient les éradicateurs ce qui a permis au pouvoir algérien de mener la répression que l’on sait. 

Aujourd’hui, la situation est différente.

En premier lieu, Ennahda n’est pas seule sur l’échiquier politique tunisien et sa large victoire ne doit pas faire oublier que plusieurs partis lui font face parmi lesquels le Congrès pour la République (CPR) de l’opposant historique Moncef Marzouki et le parti Ettakatol de Mostefa Ben Jaafar. Ces deux formations auront un rôle déterminant dans les prochains mois selon qu’elles choisiront de travailler avec Ennahda ou de s’opposer à elle frontalement comme le fera le PDP. «Travailler avec Ennahda ne signifie pas que nous adoptons ses thèses. Mais nous pensons que c’est le meilleur moyen d’empêcher les dérapages», affirme à ce sujet un responsable d’Ettakatol.

Deuxièmement, les leaders d’Ennahda savent bien qu’ils n’auront droit à aucune erreur. Instruits du précédent algérien, ils ont bien compris que l’Occident ne laissera jamais s’installer une théocratie musulmane à sa frontière sud. Les intérêts économiques occidentaux en Tunisie ne sont peut-être pas aussi importants que ceux qui existent en Algérie, mais ils doivent tout de même être pris en considération. Du coup, au siège du parti islamiste, dans le quartier Montplaisir, nombreux sont les militants qui éprouvent des sentiments mitigés. «On a gagné mais peut-être que notre score va effrayer trop de monde. Il va falloir que nous fassions attention et des consignes de modestie et d’humilité ont été distribuées», confesse l’un d’eux dans un arabe littéraire très châtié.

Enfin, c’est aussi l’état d’esprit de nombreux militants démocrates tunisiens qui incite à l’optimisme. Passée la stupeur du premier moment et la tentation de vouloir faire annuler le scrutin, ils clament leur volonté d’en découdre légalement sur le terrain politique.

«On va se battre! Ça ne fait que commencer. Il y aura d’autres batailles, qu’il s’agisse de la rédaction de la Constitution ou les futurs scrutins. C’est cela la vie d’un pays », relève Narjess, militante du PDP qui, à l’évocation du cas algérien, a ces mots tranchants: «On n’a besoin ni de l’armée ni de la France! Les Tunisiennes et les Tunisiens savent se débrouiller seul. On l’a montré pendant la Révolution. On va encore le prouver».

Un propos, qu’en leur temps, les éradicateurs algériens s’étaient avérés bien incapables de tenir.

Akram Belkaïd, de Tunis

A lire aussi

Tunisie: la déferlante Ennahda

Victoire des islamistes, sans regret!

La diaspora tunisienne lève la voix

Les 400 coups de Leila Trabelsi

Aprés la révolution, les islamistes

Ennahda:«Nous sommes prêts à gouverner»

 

 

Akram Belkaïd

Akram Belkaïd, journaliste indépendant, travaille avec Le Quotidien d'Oran, Afrique Magazine, Géo et Le Monde Diplomatique. Prépare un ouvrage sur le pétrole de l'Alberta (Carnets Nord). Dernier livre paru, Etre arabe aujourd'hui (Ed Carnets Nord), 2011.

Ses derniers articles: Le pays où le mensonge est la règle  Ces mots qui tuent le français  Le monde arabe à l'heure du Web 

Algérie

AFP

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

AFP

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

Assemblée constituante

Guéguerre

Les députés de l'opposition tunisienne sous pression

Les députés de l'opposition tunisienne sous pression

faux espoirs

Tunisie: ne plaçons pas trop d'espoirs dans la visite de Hollande

Tunisie: ne plaçons pas trop d'espoirs dans la visite de Hollande

Tunisie

Rien n'est perdu pour la Tunisie

Rien n'est perdu pour la Tunisie

FIS

Cinéma

Le Repenti: Quand l'Etat algérien décrétait l'amnésie collective

Le Repenti: Quand l'Etat algérien décrétait l'amnésie collective

Algérie

Algérie: Faut-il sacrifier le peuple ou le mouton?

Algérie: Faut-il sacrifier le peuple ou le mouton?

Immigration

Les rêves des sans-papiers algériens

Les rêves des sans-papiers algériens