mis à jour le

Omar el-Béchir à son arrivée à l'aéroport de Karthoum, le 15 juin 2015. REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah
Omar el-Béchir à son arrivée à l'aéroport de Karthoum, le 15 juin 2015. REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah

Le Soudan a t-il fait du chantage en encerclant des troupes sud-africaines?

L'ONU dément les accusations lancées par des soldats sud-africains.

L'affaire Omar el-Béchir semble prendre une nouvelle dimension. Le président soudanais, recherché pour génocide par la Cour pénale internationale (CPI), est reparti lundi du sommet de l'Union africaine en Afrique du Sud sans attendre que la justice sud-africaine ne statue sur une demande d'arrestation transmise par la CPI. La justice, saisi par une ONG, avait pourtant rendu un jugement demandant au gouvernement sud-africain d’empêcher Omar el-Béchir de quitter le territoire national tant que la justice du pays ne s'était pas prononcée sur la demande d’arrestation du président soudanais formulée par la CPI.

À lire aussi: Ce que l'affaire Omar el-Béchir révèle de l'impuissance de la CPI

Mais les choses ne se seraient pas déroulées aussi simplement. Plusieurs médias, dont RFI et News 24, affirment qu'alors que le retour de chef d'Etat soudanais dans son pays était menacé, l'armée soudanaise a encerclé les 1.400 soldats sud-africains présents dans les opérations de maintien de la paix au Darfour au sein de la Minuad, une mission conjointe de l'Union africaine et des Nations unies. En s'appuyant sur des sources militaires, le site sud-africain News24 affirme que "la vie des soldats africains a servi de garantie pour un retour de el-Béchir au Soudan." L'armée soudanaise ne se serait retirée qu'au moment où l'avion du chef d'Etat soudanais a atterri à Karthoum, la capitale.

Des accusations démenties par l'ONU

"Nous avons vraiment eu peur, nous étions encerclés par des soldats", explique à un militaire sud-africain présent sur place à News24. "Nous avons distribué des munitions supplémentaires à toutes nos troupes dans le cas où il y en aurait eu besoin", ajoute t-il.  

Une version démentie mardi 17 juin en soirée par les Nations unies. "L'Afrique du Sud a actuellement 802 soldats déployés à Kutum, Malha et Mellit dans le nord du Darfour. Nous pouvons confirmer que les troupes sud-africains n'ont pas été prises en otage ni même menacées", a déclaré le porte-parole de l'ONU, Farhan Haq. 

Lu sur RFI, News24

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

Afrique du Sud

Justice

En Afrique du Sud, les autorités refusent la libération de Pistorius et piétinent la justice

En Afrique du Sud, les autorités refusent la libération de Pistorius et piétinent la justice

Rugby

Malgré les polémiques, l'équipe d'Afrique du Sud compte de plus en plus de joueurs de couleur

Malgré les polémiques, l'équipe d'Afrique du Sud compte de plus en plus de joueurs de couleur

Inégalités

L'ascension du seul milliardaire noir sud-africain est chargée de symboles

L'ascension du seul milliardaire noir sud-africain est chargée de symboles

Darfour

AFP

Soudan: trois employés de l'ONU enlevés au Darfour

Soudan: trois employés de l'ONU enlevés au Darfour

AFP

Soudan: Béchir annonce le retour de la paix au Darfour

Soudan: Béchir annonce le retour de la paix au Darfour

AFP

L'ONU prolonge sa mission au Darfour malgré l'opposition du Soudan

L'ONU prolonge sa mission au Darfour malgré l'opposition du Soudan

Omar el-Béchir

Impunité

Sous mandat d'arrêt international, le président soudanais a voyagé dans 21 pays en sept ans

Sous mandat d'arrêt international, le président soudanais a voyagé dans 21 pays en sept ans

Justice internationale

Pourquoi l'Afrique du Sud a tort de vouloir quitter la CPI

Pourquoi l'Afrique du Sud a tort de vouloir quitter la CPI

Afrique du Sud

Ce que l'affaire Omar el-Béchir révèle de l'impuissance de la CPI

Ce que l'affaire Omar el-Béchir révèle de l'impuissance de la CPI