mis à jour le

Un jihadiste britannnique combattant avec les shebab présumé tué au Kenya

Un jihadiste britannique combattant dans les rangs des islamistes somaliens shebab a probablement été tué dimanche au Kenya, lors d'une attaque contre une base de l'armée kényane, a annoncé lundi un porte-parole des Forces de défense du Kenya (KDF).

"Toutes les données disponibles montrent qu'il s'agit de Thomas Evans. Une enquête médico-légale et des analyses ADN sont en cours pour confirmer son identité", a déclaré le colonel David Obonyo à l'AFP.

Si elle est confirmée, cette mort serait la première d'un militant islamiste britannique sur le sol kenyan.

Onze assaillants - dont deux "Blancs" - et deux soldats kényans ont été tués lors de l'assaut mené par des shebab contre le camp militaire de Baure, dans le comté de Lamu, sur la côte kényane, à une soixantaine de km de la frontière somalienne a-t-il ajouté.

Une source sécuritaire occidentale a assuré que la mort d'Evans, connu des services de renseignements occidentaux, était "confirmée". L'ambassade britannique à Nairobi a de son côté indiqué "chercher à confirmer les informations" sur la mort d'un de ses ressortissants.

Selon la presse britannique, Evans, alias "Abdul Hakim", 25 ans, originaire du Buckinghamshire, dans le sud de l'Angleterre, s'est converti à l'islam à l'âge de 19 ans et a rejoint les shebab en Somalie en 2011.

Le colonel Obnyo a par ailleurs indiqué que Lukman Osman Issa, alias "Sirwa", Kényan somali soupçonné d'avoir mené le massacre de Mpeketoni, localité située à environ 80 km de Baure, où les shebab avait massacré 49 habitants en juin 2014, semblait également figurer parmi les assaillants tués.

"Sirwa" est le frère d'Osman Issa, cerveau présumé de l'attentat contre un hôtel israélien de Mombasa, principale ville de la côte kényane en 2002, actuellement emprisonné au Soudan, selon l'armée kényane.

Parallèlement à l'attaque contre la base militaire kényane de Baure, une soixantaine de militants ont fait une incursion dans la localité de Mangai, à une vingtaine de km à l'est du camp de Baure, forcé les habitants à sortir de leurs maisons avant de les ressembler dans une mosquée où ils ont prêché et prié pendant trois heures, avant de s'enfuir, selon des médias locaux.

La région attaquée dimanche est proche de la forêt de Boni, réserve naturelle de 1.300 km2 frontalière de la Somalie, où les shebab sont soupçonnés d'avoir installé une base avancée, dont les forces kényanes peinent à les déloger.

Les attaques shebab sur la côte kényane ont porté un coup très dur au tourisme kényan, secteur important de son économie. 

 

 

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: la situation dans le sud est "dangereuse", selon les autorités  Gambie: gel des biens de Jammeh, soupçonné d'avoir détourné 50 millions USD  Maroc: une importante délégation gouvernementale visite Al-Hoceïma 

combattant

AFP

En Egypte, le parcours du combattant des avocats de l'opposition

En Egypte, le parcours du combattant des avocats de l'opposition

AFP

Niger: success-story d'une entreprise combattant la malnutrition

Niger: success-story d'une entreprise combattant la malnutrition

Abdallah Bouhamidi *

Tentative de voyage. Le parcours du combattant d'un voyageur lambda

Tentative de voyage. Le parcours du combattant d'un voyageur lambda

Kenya

AFP

Soudan du Sud: un opposant risque d'être expulsé du Kenya

Soudan du Sud: un opposant risque d'être expulsé du Kenya

AFP

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

AFP

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

shebab

AFP

Le président somalien déclare "l'état de guerre" contre les shebab

Le président somalien déclare "l'état de guerre" contre les shebab

AFP

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie