mis à jour le

Mokhtar Belmokhtar dans une vidéo diffusée sur Sahara Media en avril 2013. REUTERS/Sahara Media via Reuters TV
Mokhtar Belmokhtar dans une vidéo diffusée sur Sahara Media en avril 2013. REUTERS/Sahara Media via Reuters TV

En Libye, une frappe américaine a visé Mokhthar Belmokhtar

L’armée américaine dit attendre des résultats d’autopsie avant de se prononcer sur le sort du terroriste.

L’armée américaine a mené un bombardement ciblé en Libye contre l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, figure de l’insurrection djihadiste en Afrique du Nord et au Sahel, dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 juin, a annoncé le Pentagone. «Nous évaluons les résultats de l’opération et fournirons des informations supplémentaires quand cela s’avérera approprié», a déclaré son porte-parole dans un communiqué. Cette frappe américaine est une première en Libye depuis 2011.

Selon les autorités libyennes reconnues par la communauté internationale, le terroriste, dont la mort a déjà été annoncée plusieurs fois, a bien été tué. La frappe a eu lieu «après consultation avec le gouvernement intérimaire libyen», précise le communiqué. L’armée américaine dit attendre des résultats d’autopsie avant de se prononcer sur le sort du terroriste.

Belmokhtar tenait une réunion avec d’autres chefs

L’agence libyenne LANA, citant un responsable du gouvernement reconnu par la communauté internationale, précise que «la frappe de l’armée de l’air américaine a eu lieu (…) dans une ferme (…) à Ajdabiya, à 160 km à l’ouest de Benghazi, chef-lieu de l’Est libyen, où Belmokhtar tenait une réunion avec d’autres chefs de groupes extrémistes, dont des membres d’Ansar Asharia», une organisation classée terroriste par l’ONU.

Aucun détail supplémentaire n'a été communiqué au sujet de cette opération. Washington a déployé des drones dans cette région par le passé. Plongé dans le chaos depuis la chute en 2011 de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi, la Libye est déchirée par des combats entre milices lourdement armées, le pays compte actuellement deux gouvernements --et Parlements-- rivaux. 

Des groupes jihadistes ont profité de ce chaos, notamment le groupe Etat islamique qui s'est implanté l'an dernier en Libye et qui a annoncé le 9 juin avoir pris la ville de Syrte (450 km à l'est de Tripoli) ainsi qu'une centrale thermique voisine.

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Ses derniers articles: En Tunisie, la grenade est la star de l'automne  L'escrimeuse Inès Boubakri dédie sa médaille d'or à « la femmes tunisienne»  En Afrique du Sud, des élections municipales cruciales pour l'ANC 

Al Qaeda

Petite compta

La liste des courses des djihadistes d'Aqmi

La liste des courses des djihadistes d'Aqmi

Etats-Unis

AFP

Soudan du Sud: le défenseur des droits humains Peter Biar fuit aux Etats-Unis

Soudan du Sud: le défenseur des droits humains Peter Biar fuit aux Etats-Unis

AFP

Les Etats-Unis saluent la lutte contre la corruption de l'Angola

Les Etats-Unis saluent la lutte contre la corruption de l'Angola

AFP

Attentat de Benghazi: un Libyen condamné

Attentat de Benghazi: un Libyen condamné

Libye

AFP

Pour Abel, trois tentatives et une promesse: laisser la Libye derrière lui

Pour Abel, trois tentatives et une promesse: laisser la Libye derrière lui

AFP

L'Egypte prête

L'Egypte prête

AFP

Le régime et les rebelles syriens se battent désormais, aussi, en Libye

Le régime et les rebelles syriens se battent désormais, aussi, en Libye