mis à jour le

Arrestation au Canada d'un Somalien pour une prise d'otage en 2008

Un Somalien a été arrêté et inculpé à Ottawa pour son implication dans la prise d'otages en 2008 en Somalie de deux journalistes, une Canadienne et un Australien, a annoncé vendredi la police fédérale.

Ali Omar Ader se trouvait dans la capitale canadienne "depuis quelques jours" lorsqu'il a été arrêté jeudi au terme d'"une longue enquête" de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a précisé James Malizia, un commissaire adjoint lors d'une conférence de presse.

La GRC a envoyé à l'étranger des agents sous couverture et a eu recours à de la surveillance électronique pour cette enquête, menée en collaboration avec la police fédérale australienne, a indiqué M. Malizia.

Le suspect est accusé d'avoir enlevé et retenu en otage pendant 15 mois en août 2008 en Somalie la journaliste canadienne Amanda Lindhout, en compagnie du photo-journaliste australien Nigel Brenman.

Ali Omar Oder avait négocié, selon la GRC, la libération des deux journalistes en novembre 2009.

M. Malizia n'a pas voulu expliquer comment le suspect s'était retrouvé au Canada mais a précisé qu'il n'y avait pas "été emmené" par la GRC.

"Cette enquête posait un nombre significatif de défis parce qu'elle a été menée dans un environnement à très haut risque dans un pays en proie à l'instabilité politique", a expliqué M. Malizia, sans dire si le gouvernement somalien était au courant de l'opération canadienne.

Le suspect sera poursuivi pour "l'enlèvement et le viol" de Mme Lindhout en vertu code pénal canadien, a précisé le ministre canadien de la Sécurité publique, Steven Blaney, lors d'une conférence de presse.

Les deux journalistes avaient été enlevés le 23 août 2008 par des inconnus armés sur la route Mogadiscio-Afgoye, où ils voulaient visiter des camps de déplacés.

Ils avaient finalement été libérés après le versement d'une rançon d'un million de dollars, selon Mme Lindhout qui avait déclaré avoir été "battue et torturée" par ses ravisseurs, "des criminels se faisant passer pour des combattants de la liberté".

A l'époque, les rares Occidentaux présents en Somalie étaient des proies permanentes pour des milices désireuses de monnayer ensuite leur libération.

La Somalie est en état de guerre civile, privée de réel pouvoir central, depuis la chute du président Siad Barre en 1991.

 

AFP

Ses derniers articles: Kenya: le pape souhaite "un climat de dialogue constructif"  L'OMS annule la nomination de Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté  Mali: l'ONU dit son "impatience" aux signataires de l'accord de paix 

arrestation

AFP

Maroc: arrestation d'un Américain pour "exploitation sexuelle de mineurs"

Maroc: arrestation d'un Américain pour "exploitation sexuelle de mineurs"

AFP

Cameroun: arrestation d'un défenseur de l'environnement

Cameroun: arrestation d'un défenseur de l'environnement

AFP

Rwanda: arrestation de responsables de deux partis d'opposition

Rwanda: arrestation de responsables de deux partis d'opposition

Canada

AFP

OMS: le Canada réclame l'annulation de la nomination du président Mugabe

OMS: le Canada réclame l'annulation de la nomination du président Mugabe

AFP

Sahel: la France attend du Canada sa participation au maintien de la paix

Sahel: la France attend du Canada sa participation au maintien de la paix

AFP

Amicaux: le Canada face

Amicaux: le Canada face